Actualisé 29.07.2016 à 09:05

Etats-UnisLe parti démocrate victime d'une 2e cyberattaque

Le FBI enquête sur une cyberattaque, qui a visé une organisation du parti démocrate américain, le comité des campagnes législatives de la chambre des représentants.

Photo prétexte

Photo prétexte

photo: Keystone

Il y a moins d'une semaine, soit trois jours avant l'ouverture de la convention démocrate, WikiLeaks avait publié près de 20.000 messages piratés des comptes de sept responsables du parti démocrate. La police fédérale cherche à établir si le nouveau piratage est lié à celui qui a visé la convention démocrate à Cleveland.

Des pirates russes soupçonnés

La paternité de cette attaque, qui a débouché sur la publication de dizaines de milliers de courriels de l'état-major démocrate, est attribuée par certains experts à des pirates russes.

Ces attaques sont de nature à alimenter les spéculations selon lesquelles Moscou chercherait à influencer le résultat de la prochaine élection présidentielle au profit du candidat républicain, Donald Trump, présenté comme plus favorable que sa rivale Hillary Clinton au président russe Vladimir Poutine. Le Kremlin a réfuté ces accusations, les qualifiant «d'histoires à faire peur», inventées par les démocrates.

Adresse IP russe

Le comité des campagnes est l'organisme, qui se charge de lever des fonds pour les campagnes électorales des candidats démocrates à la chambre des représentants. L'attaque, qui a visé le comité, pourrait avoir commencé en juin, ont dit deux sources à Reuters.

Selon celles-ci, l'adresse IP à partir de laquelle l'attaque a été menée ressemble à celle qu'utilise un groupe de pirates informatiques liés au gouvernement russe, l'un des deux groupes soupçonnés d'avoir mené l'attaque commise contre les systèmes informatiques de la convention démocrate de Philadelphie.

Encore des doutes

S'exprimant lors d'un forum sur la sécurité à Aspen, le directeur du renseignement américain James Clapper, a déclaré jeudi que la communauté du renseignement du pays n'était pas encore en mesure de dire qui était à l'origine de cette cyberattaque. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!