Construction sur Vaud: Le Parti radical fustige les expropriations
Actualisé

Construction sur VaudLe Parti radical fustige les expropriations

Exproprier pour mieux construire, une politique qui fait grincer des dents le Parti radical, qui demande des comptes au Conseil d'Etat.

Le Parti radical vaudois s'en prend au Conseil d'Etat et à sa volonté d'exproprier afin de pouvoir construire des logements. Il dénonce le projet présenté par Pascal Broulis en le comparant au programme socialiste de dépassement du capitalisme.

Dans «Le Temps» de jeudi, la présidente des radicaux vaudois Christelle Luisier et Pierre-Antoine Hildbrand, membre du comité directeur, ne cachent pas leur colère face à la récente initiative du radical Pascal Broulis et de l'UDC Jean-Claude Mermoud. Le projet d'expropriation doit «être fermement rejeté», écrivent-ils.

Interventionnisme étatique

Dans leur billet, ils dénoncent un projet «qui déboussole les électeurs du centre droit et bouleverse un paradigme fondamental de l'économie immobilière». L'expropriation ne peut être admise que pour des infrastructures particulières comme le chemin de fer ou l'extension d'hôpitaux, selon eux.

«En expropriant les propriétaires, le Conseil d'Etat vide de sa substance la garantie de la propriété, fondement de l'économie» et «attise un interventionnisme étatique malvenu», soulignent les deux responsables. Ils renvoient le Conseil d'Etat à ses études, lui qui «n'arrive pas à réaliser l'ensemble des investissements immobiliers qu'il prévoit d'effectuer».

Fin mars, les conseillers d'Etat Pascal Broulis et Jean-Claude Mermoud ont dit vouloir accélérer la construction de logements dans le canton de Vaud en luttant contre «la thésaurisation» des terrains à bâtir. Un «droit d'emption» permettrait notamment aux communes d'acheter des terrains constructibles sur lesquels rien n'a été bâti depuis plusieurs années. (ats)

Ton opinion