Gouvernement jurassien: Le Parti socialiste retrouve son 2e siège

Actualisé

Gouvernement jurassienLe Parti socialiste retrouve son 2e siège

Le PS est le vainqueur des élections au gouvernement jurassien avec le gain d'un 2e siège, conquis dimanche par Michel Thentz. Laurent Schaffter n'a pas été réélu.

Le Parti socialiste est le grand vainqueur des élections dimanche au Gouvernement jurassien. Il retrouve son 2e siège perdu en 2006 avec la victoire du challenger Michel Thentz. Le ministre PCSI Laurent Schaffter est lui éjecté du gouvernement qui reste au centre-droit.

Comme lors du 1er tour, c'est la ministre socialiste Elisabeth Baume-Schneider qui termine largement en tête avec 14'397 voix (53,7%). Son colistier, l'actuel président du PS jurassien Michel Thentz arrive en 3e position avec 11'626 suffrages (43,4%) et fait donc son entrée au gouvernement.

Le ministre PDC Philippe Receveur termine à la 2e place avec 12'140 suffrages (45,3%). Sanctionné à l'issue du 1er tour, le ministre PDC des finances et de la police Charles Juillard est parvenu à limiter les dégâts et à décrocher une 4e place avec 11'524 suffrages (43,0)%.

Cinquième élu, le libéral-radical Michel Probst obtient 11'440 suffrages (42,7%). Il y a quatre ans, le ministre terminait à la 1ère place. Reste qu'avec la réélection de son ministre, le PLR évite un nouveau revers après la perte de trois sièges au Parlement. La participation s'est élevée à 49,9%.

Succès socialiste

Le Parti socialiste a pu compter sur l'appui des Verts et de la gauche alternative. Les deux candidats ont profité de cette dynamique de victoire qui anime leur parti. «Nous montrons à la Suisse que les socialistes peuvent progresser», a déclaré Michel Thentz.

Pour cet ingénieur horticole de 52 ans, c'est un signal fort dans la perspective des élections fédérales. Le PS, qui a aussi gagné un siège au Parlement, a ainsi rempli les objectifs qu'il s'était fixés avant les élections cantonales jurassiennes.

PCSI éjecté

Le ministre Laurent Schaffter, qui briguait un 3e mandat, n'a lui pas été réélu. Il termine 6e avec 10'372 suffrages (38,7%). Le ministre de l'environnement et de l'équipement présente un bon bilan à la tête de son département. Mais il a fait les frais de la discipline de vote imposée par les autres partis, notamment le PDC qui a appelé voter en bloc pour ses candidats.

«J'ai été laminé entre deux blocs, la gauche et la droite», a expliqué le perdant sur les ondes de Radio Fréquence Jura (RFJ). Il estime que la force électorale du PCSI, 13,2%, n'a pas permis de se positionner entre ces deux blocs. «C'est une très grande déception», a déclaré Laurent Schaffter, âgé de 62 ans. Il avait appelé au maintien de la formule actuelle.

Le PCSI souffre parfois d'un manque de visibilité car il ne se positionne pas toujours clairement entre la gauche et la droite sur l'échiquier politique. Ce dimanche, il n'a pas bénéficié de l'apport d'autres formations. C'est la 3e fois qu'un ministre n'est pas réélu après Odile Montavon (CS) et Anita Rion (PLR).

Soulagement au PDC

Le PDC, le plus important parti du canton du Jura, a réussi à maintenir ses ministres grâce à une forte mobilisation entre les deux tours. La révélation par la presse, une semaine avant le scrutin, d'un fichier des automobilistes à la police cantonale n'a finalement pas eu les conséquences que le PDC pouvait redouter pour Charles Juillard.

Comme les autres partis, le PDC a arrêté une stratégie précise pour faire réélire ses ministres, le chacun pour soi. Une tactique qui a permis la réélection du duo Philippe Receveur et surtout de Charles Juillard, un ministre englué dans les affaires liées au commandant de la police, Henri-Joseph Theubet, qui appartient lui aussi au PDC.

Le gouvernement de centre-droit pour la prochaine législature qui dure cinq ans comptera 2 socialistes, 2 PDC et 1 PLR. Le Parlement jurassien dispose lui aussi d'une majorité de droite, 31 élus contre 29 issus de la gauche. (ats)

Ton opinion