Politique fédérale: Le Parti socialiste s’agrandit avec la création du PS queer

Publié

Politique fédéraleLe Parti socialiste s’agrandit avec la création du PS queer

Depuis samedi, le Parti socialiste suisse dispose d’une nouvelle section pour les membres de la communauté LGBTQIA+. Elle est coprésidée par le Genevois Lucien Schwed.

par
Eric Felley
Les membres fondateurs du PS queer samedi dernier.

Les membres fondateurs du PS queer samedi dernier.

DR

80 «camarades» ont adopté samedi dernier le manifeste fondateur du PS queer, nouvel organe du Parti socialiste suisse et première formation politique du genre, c’est le cas de le dire, en Suisse. Ce manifeste précise que cette nouvelle entité regroupe: «des personnes queers, féministes lesbiennes, gays, bisexuel-les, non-binaires, trans, sexuellement divergentes, agenre, fluides, asexuelles, ainsi que tout ce qui est à la fois hors et entre ces catégories».

La parole à toutes et tous

Le PS queer fera en sorte que les préoccupations de ses membres soient entendues au sein du parti: «Nous voulons utiliser notre accès aux organes du parti et aux institutions pour veiller à ce que la perspective queer ne soit pas négligée, écrit le manifeste, que les réalités et expériences queer soient reconnues et que l’on donne la parole à celles et ceux qui ne l’ont pas autrement».

Contre les valeurs patriarcales et capitalistes

La section queer du PS s’inscrit clairement à gauche: «Il doit être évident que la communauté queer défende des valeurs de gauche, dit le manifeste. La discrimination, l’oppression et les préjudices ne sont pas dus à notre statut de personnes queers, mais aux structures normatives hétérosexuelles et cisgenres de notre société patriarcale et capitaliste». Le manifeste passe en revue un certain nombre de domaines dans lesquels il compte faire entendre sa voix: le droit d’asile, la sécurité sociale, la famille, la formation, la protection ou encore la santé.

Un coprésident genevois

C’est un Genevois, Lucien Schwed, qui en assume la coprésidence: «Il est important que nous soyons uni-es et que nous nous battions pour nos droits fondamentaux et humains, a-t-il déclaré à l’occasion de l’assemblée fondatrice, afin que la Suisse ne traîne plus à la 19e place du classement européen en matière d’ouverture aux personnes queers. Je me réjouis de toutes les tâches et de tous les défis à venir».

Ton opinion