Taux de conversion du 2e pilier: Le Parti suisse du travail va lancer le référendum

Actualisé

Taux de conversion du 2e pilierLe Parti suisse du travail va lancer le référendum

La réduction de la rente du 2e pilier mise sous toit jeudi par le Conseil des Etats n'est pas encore certaine.

Les assureurs sont satisfaits, mais le Parti suisse du travail a décidé de lancer le référendum. Le peuple devrait avoir le dernier mot.

«La baisse des rentes est d'environ 12%, soit 120 francs sur 1000 francs de rente, c'est inadmissible», a indiqué à l'ATS le secrétaire national du Parti suisse du Travail PST-POP Leonardo Schmid. Hostile au 2e pilier au motif qu'il n'est pas un instrument de redistribution des richesses, le PST-POP lance le référendum dans l'espoir de pouvoir réformer ensuite le système des trois piliers.

Nous aimerions pouvoir lancer l'an prochain une initiative populaire pour abolir le 2e pilier et mettre l'AVS à la place, précise M. Schmid. En attendant, la récolte de signatures contre la réduction du taux de conversion de la prévoyance professionnelle pourrait commencer dès la semaine prochaine. Le PST-POP cherche des alliés et espère pouvoir convaincre les grands syndicats.

Pas le moment d'un référendum

L'Union syndicale suisse (USS) est très critique sur le projet du Parlement. «Ceux qui ont un petit salaire ne pourront plus compenser la réduction de leur rente», dénonce Colette Nova. Le Parlement réagit à court terme à la crise financière alors que la question des rentes doit être résolue sur le long terme. Pour Mme Nova, ce n'est toutefois pas le bon moment pour lancer un référendum.

Chez Travail.suisse, la question d'une participation au référendum est ouverte, déclare son président Martin Flügel. Le contexte est très défavorable en raison de la crise financière mais la décision des Chambres fédérales est très mauvaise. La deuxième baisse décidée en un court laps de temps enterre la confiance de la population dans le deuxième pilier, déplore le syndicaliste.

Scandaleux, pour Avivo

Avivo, association de défense des retraités, veut pour sa part s'engager activement dans la récolte de signatures pour le référendum. «Cette baisse des rentes est scandaleuse car elle rend la vie des rentiers de plus en plus difficile au moment où la Confédération et la BNS avancent 66 milliards pour couvrir les responsables de la gestion calamiteuse de l'UBS», justifie Souhail Mouhanna, membre du comité d'Avivo suisse.

L'Association suisse d'assurances salue au contraire la décision des Chambres. Dans un communiqué, les assureurs saluent «une contribution importante pour la consolidation du 2e pilier», qui était urgente. L'association se réjouit en outre que le taux de conversion soit désormais réexaminé tous les cinq ans. Elle estime d'ailleurs une nouvelle baisse inévitable à moyen terme. (ats)

Ton opinion