Actualisé

Congrès du PDCLe parti veut «la meilleure école du monde»

Les minarets, la formation professionnelle et l'agriculture ont constitué les trois sujets du congrès du PDC, samedi à Dietikon.

Le parti dit clairement non à l'initiative anti- minarets et va s'engager pour que la Suisse dispose de la «meilleure école du monde».

Par 274 non, 7 oui et 5 abstentions, le PDC recommande de rejeter l'initiative contre les minarets soumise au peuple le 29 novembre. Elle est provocante, attise les craintes et ne reconnaît pas la liberté religieuse qui prévaut en Suisse.

Seules deux personnes ont pris la parole sur ce sujet. L'une pour dire que les chrétiens n'ont aucune raison d'avoir peur de l'islam et l'autre pour rappeler que la liberté de religion postule le droit d'avoir un lieu de culte.

Commission pour la formation

Le point principal du congrès a été la formation professionnelle. Le parti a décidé de constituer une commission dont la mission est d'examiner et d'analyser la formation dans sa globalité.

Car il faut se préparer à affronter des défis. La baisse de la natalité posera des problèmes de relève dans certains secteurs. La Suisse ne doit pas rater le développement rapide des nouvelles technologies, a souligné la conseillère fédérale Doris Leuthard.

Pour le PDC, la formation duale est une clé du succès de la Suisse. Mais il faut l'orienter et l'adapter afin de répondre aux besoins futurs et lutter contre le chômage des jeunes. Le parti est par contre opposé à une hausse du nombre de maturités.

Le PDC souhaite aussi une amélioration de la reconnaissance internationale des diplômes obtenus en Suisse. Actuellement, la formation académique est trop nettement favorisée par rapport à la formation professionnelle.

La «meilleure école du monde»

Dans son discours d'ouverture, le président Christophe Darbellay a déclaré que le PDC va s'engager pour que la Suisse dispose de «la meilleure école du monde». Les jeunes ne doivent pas quitter l'école sans perspectives de formation.

Le conseiller national valaisan a par ailleurs constaté que l'agriculture vit des moments difficiles. Mais «on ne résout pas les problèmes, ni en lançant des bottes, ni par l'insulte, mais en retroussant les manches», a-t-il déclaré.

«Les lanceurs de bottes ont franchi la ligne rouge» en s'attaquant à Doris Leuthard. Et ceux qui ne se distancient pas de ces attaques sont complices, a encore déclaré Christophe Darbellay.

Excuses publiques

Le président du PDC a aussi critiqué «le style poubelle» des défenseurs de l'interdiction de l'exportation de matériel de guerre. L'affiche montrant Doris Leuthard les mains pleines de sang «atteint les profondeurs en matière de style politique».

L'affiche concoctée «par la secte de Cédric Wermuth», vice- président du PS, «n'a rien à envier aux pires campagnes de l'UDC», a ajouté le Valaisan. Il a demandé à Cédric Wermuth de s'excuser publiquement et de retirer les affiches. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!