Baptême du MCVD: Le parti veut «rendre le pouvoir au citoyen»

Actualisé

Baptême du MCVDLe parti veut «rendre le pouvoir au citoyen»

Le Mouvement Citoyens vaudois (MCVD) est finalement sur les rails après un faux départ.

L'assemblée constitutive a eu lieu mardi soir. L'ancien député et actuel conseiller communal de la Tour-de-Peilz Jean-Pierre Grin en assume la présidence.

«Ni à gauche, ni à droite, mais pour le canton de Vaud, telle est la ligne du MCVD», a expliqué jeudi Jean-Pierre Grin. Agé de 68 ans, le nouveau président situe pourtant la formation au centre-droite de l'échiquier, notamment en ce qui concerne la thématique des étrangers et des frontaliers.

La sécurité sera également l'un des fers de lance du MCVD qui s'est doté d'une charte. «Les citoyens du canton ont peur en raison de l'insécurité qui y règne», a-t-il relevé. «Nous voulons également faire du social, mais pas du socialisme», a-t-il ajouté.

Le programme et les ambitions du parti, qui veut «rendre le pouvoir au citoyen», seront présentés début mai. «Nous avons une place à prendre avec les turbulences politiques actuelles. La population ne sait plus à quel parti se vouer», a constaté Jean- Pierre Grin. Selon lui, le MCVD a reçu beaucoup de demandes, notamment de conseillers communaux.

Ex-UDC, premier MCVD

S'il est désormais premier conseiller communal MCVD du canton, Jean-Pierre Grin a une longue carrière politique derrière lui. Il a été député jusqu'en 2007 sous la bannière UDC et avait notamment créé la section de l'UDC Riviera en 2001. Il est devenu indépendant en 2008 suite à son exclusion de l'UDC-Vaud.

Constitué mardi, le comité du MCVD provient de tous les milieux. Outre le vice-président Roland Villard, ancien conseiller communal PDC à Yverdon, il est composé du trésorier Peter Maeder et du coordinateur Pierre Lauper, à l'origine du collectif «Réussir avec les 45-65 ans», a précisé François Baertschi, coordinateur du MCR.

Le MCVD sera tout à fait indépendant du Mouvement Citoyens genevois (MCG), a poursuivi Jean-Pierre Grin. Chaque section du Mouvement Citoyen Romand (MCR) est autonome.

Longue gestation

Le MCVD avait raté son départ le 9 mars dernier. Le jeune président pressenti J. N. 24 ans avait renoncé à en prendre la tête. Il n'avait pas supporté la pression médiatique provoquée par son affiliation à un groupe d'extrême-droite, Unité populaire. En octobre 2009, le président du MCG Eric Stauffer avait déjà voulu lancer le MCVD avec Patrick Uldry qui avait lui aussi renoncé.

En ce qui concerne le reste de la Suisse romande, le Mouvement Citoyens neuchâtelois mené par David L'Epée prend gentiment son essor, a noté François Baertschi. En Valais, des contacts sont établis, a ajouté M.Grin. (ats)

Ton opinion