Athlétisme - Passage de témoin en douceur à la tête d’Athletissima
Publié

AthlétismePassage de témoin en douceur à la tête d’Athletissima

Olivier Delapierre est appelé à endosser davantage de responsabilités et succédera à son père Jacky en 2023 à la tête du meeting. Laurent Meuwly et Léa Sprunger vont apporter leur connaissance du terrain.

par
Cyrill Pasche
(Lausanne)

«La pérennité est assurée. Et que cela reste dans la famille, c’est un plus. Je suis très content», sourit Jacky Delapierre, emblématique patron d’Athletissima. C’est son fils, Olivier, 46 ans, qui est désormais appelé à prendre de plus en plus de responsabilités dans l’organisation de l’incontournable événement d’athlétisme lausannois. «Je ne vais pas totalement quitter le navire, prévient Jacky Delapierre. D’un point de vue opérationnel, oui, mais je conserverai des tâches précises». Il œuvrera notamment en coulisses au «déménagement» d’Athletissima dans une Pontaise améliorée et modernisée.

«Mon rôle va s’affiner au fil du temps, mais ce ne sera pas un copier-coller de ce que mon père a fait jusqu’ici»

Olivier Delapierre deviendra le grand patron du meeting en 2023.

Son fils Olivier était l’un des quatre directeurs du comité d’organisation des Jeux olympiques de la jeunesse qui ont eu lieu début 2020 à Lausanne, juste avant la pandémie de coronavirus. S’il est forcément tombé «dans la marmite» depuis tout petit, Olivier Delapierre n’était pas nécessairement prédestiné à succéder, un jour, à son père. «Ce n’était pas vraiment prévu ainsi», reconnaît-il. Un concours de circonstances le départ d’un directeur opérationnel un peu plus de deux après son entrée en fonction – l’a finalement propulsé, au mois de février dernier, à un poste qu’il ne convoitait pas vraiment. «J’ai commencé à travailler pour Athletissima depuis l’âge de 16 ans. J’en connais assez bien le fonctionnement, mais finalement je n’en ai qu’une vue d’ensemble assez superficielle. C’est quand même une grosse machine, tout de même. Nous allons déjà repositionner l’organisation. Il y a actuellement une génération qui porte ce meeting à bout de bras depuis 45 ans et une nouvelle génération arrive, ce qui implique des changements dans la structure. Mon rôle va s’affiner au fil du temps, mais ce ne sera pas un copier-coller de ce que mon père a fait jusqu’ici. Nous n’avons pas le même profil et je pense qu’il faut désormais amener d’autres expertises.»

Le grand patron d’Athletissima, Jacky Delapierre, et son fils Olivier Delapierre, directeur opérationnel de l’événement.

Le grand patron d’Athletissima, Jacky Delapierre, et son fils Olivier Delapierre, directeur opérationnel de l’événement.

freshfocus

L’une des missions du fils de Jacky Delapierre sera de développer, «moderniser» et «vendre» l’événement sans pour autant qu’il ne perde son authenticité. Et aussi de décharger, petit à petit, son père de nombreuses charges organisationnelles. «Je serai encore là jusqu’en 2022, ensuite Olivier prendra le relais dès l’édition 2023 en tant que patron du meeting», avance Jacky Delapierre. «Avant, mon père s’occupait de tout, fait remarquer Olivier Delapierre. Désormais, nous allons répartir les tâches et renforcer certains postes. Il restera bien sûr la figure d’Athletissima à l’avenir, notamment pour le relationnel, son réseau et les contacts avec les athlètes», explique Olivier Delapierre.

Avec Meuwly et Sprunger dans des rôles opérationnels

Deux grands noms de l’athlétisme vont prendre de l’envergure prochainement dans l’organigramme d’Athletissima: le coach national des Pays-Bas et entraîneur de Léa Sprunger, Laurent Meuwly. C’est d’ailleurs lui qui a mis sur pied cette année le plateau du traditionnel 4 x 100 m féminin qui clôturera jeudi prochain la grande soirée d’athlétisme. «Il nous conseillait déjà par le passé, mais depuis cette année, il a un mandat avec nous», précise Jacky Delapierre. «Ses connaissances techniques et son expérience nous sont notamment précieuses au niveau des engagements des athlètes pour le meeting. Il prendra de l’importance dès l’année prochaine dans l’organisation de l’événement, avant tout sur le plan sportif. Nous continuerons de faire les engagements ensemble, mais ce sera lui qui prendra la direction de cette tâche.»

La future retraitée Léa Sprunger, qui bouclera jeudi prochain son tout dernier tour de piste, intégrera elle aussi la structure en fin d’année. «Elle aura un poste à mi-temps chez nous en tant que collaboratrice. Dans un premier temps, elle entrera au comité directeur. Son expérience et ses connaissances du terrain seront un atout», se réjouit Jacky Delapierre.

Le passage de témoins se fera en douceur, mais Athletissima est assurément entre de bonnes mains.

Ton opinion

8 commentaires