Vote : Le patron de Migros garde son siège au conseil
Actualisé

Vote Le patron de Migros garde son siège au conseil

L'assemblée des délégués a refusé samedi de priver le directeur général Herbert Bolliger et les dix directeurs de coopératives d'un siège au conseil d'administration.

Après un débat entamé voici deux ans, la proposition de séparation des pouvoirs entre les différents organes de Migros a été balayée. L'assemblée des délégués a refusé samedi de priver le directeur général Herbert Bolliger et les dix directeurs de coopératives d'un siège au conseil d'administration.

Ainsi, la direction opérationnelle peut continuer de siéger au sein de l'organe de surveillance. La proposition d'un petit nombre de délégués a été rejetée par 72 voix contre 33, indique Migros.

Le bureau de l'assemblée des délégués, composé de cinq membres élus parmi les 111 délégués, avait pourtant soutenu une modification des statuts en la matière. Mais «il est apparu que la séparation des pouvoirs entre les différents organes Migros était garantie et qu'il n'était pas souhaitable que l'administration se prive de la participation des directeurs en charge des affaires opérationnelles des coopératives ni de celle du CEO de la FCM», note le géant orange.

Migros est une coopérative

«Migros n'est pas une société anonyme, mais une Fédération de coopératives, dont les voix doivent être représentées au sein de l'administration FCM», explique Andrea Broggini, président du conseil d'administration du grand distributeur. Les délégués ont ainsi garanti la pérennité de la structure de direction visant à éviter la concentration des pouvoirs créée par Gottlieb Duttweiler, le père de Migros, se félicite le Tessinois.

A propos de continuité encore, la proposition relative à une limitation de la durée des mandats fixée à seize ans pour les membres du conseil d'administration a été approuvée à une large majorité. (ats)

Ton opinion