Suisse: Le patron de Swisscom se serait suicidé
Actualisé

SuisseLe patron de Swisscom se serait suicidé

Swisscom porte le deuil de son CEO, Carsten Schloter. Il a été retrouvé mort mardi matin à son domicile, dans la région de Fribourg. La police penche pour un suicide.

par
comm
Carsten Schloter avait rejoint Swisscom en 2000.

Carsten Schloter avait rejoint Swisscom en 2000.

Décédé mardi à l'âge de 49 ans, Carsten Schloter avait pris les rênes de Swisscom en janvier 2006. Homme dynamique et excellent communicateur, cet Allemand parlait parfaitement le français, ayant vécu plusieurs années en France.

Carsten Schloter succède début 2006 à Jens Alder, parti de son plein gré après le désaveu du Conseil fédéral pour sa politique d'expansion internationale, à la tête du plus grand opérateur de Suisse. Sous sa direction, Swisscom rachète en 2007 l'entreprise italienne Fastweb pour pas moins de 4,6 milliards d'euros, soit 7,6 milliards de francs à l'époque.

L'opérateur avait déjà tenté à plusieurs reprises de prendre pied à l'étranger, échouant souvent. Le géant bleu est contraint de procéder fin 2011 à d'importantes corrections de valeurs sur sa filiale italienne. Le patron de Swisscom reconnaît avoir payé trop cher pour s'emparer de Fastweb.

«Sincères condoléances»

«Le Conseil d'administration, la Direction et les employés du groupe sont profondément affligés. Nous présentons à la famille et aux proches nos plus sincères condoléances», a déclaré Hansueli Loosli, Président du Conseil d'administration de Swisscom.

La direction de l'entreprise est assurée par intérim par son suppléant, Urs Schaeppi, responsable de Swisscom Suisse. Carsten Schloter avait rejoint l'entreprise en 2000 et pris dans un premier temps la direction de Swisscom Mobile. Il avait ensuite été nommé CEO de Swisscom en 2006.

Position de leader

Ces mésaventures transalpines n'affaiblissent toutefois pas trop l'opérateur en Suisse. Swisscom assoit en effet sa position de numéro un du secteur, en investissant massivement dans la fibre optique et en modernisant son réseau de téléphonie mobile alors que le secteur des télécommunications connaît de profonds bouleversements.

Suite à l'interdiction par la Commission de la concurrence (COMCO) de la fusion entre Orange et Sunrise en 2010, le groupe contrôlé majoritairement par la Confédération se retrouve sans concurrent à sa taille.

Carsten Schloter peut également se targuer du succès massif de Swisscom TV dans le domaine de la télévision numérique, damant le pion aux câblo-opérateurs qui partaient pourtant avec une longueur d'avance.

Une jeunesse française

Carsten Schloter est né le 7 décembre 1963 à Erlenbach, non loin de Francfort-sur-le-Main. Il a étudié à Paris, où il a passé une grande partie de sa jeunesse.

Il entame sa carrière professionnelle chez le constructeur automobile Mercedes-Benz en 1992. Il se tourne ensuite vers le secteur des télécommunications en rejoignant l'opérateur allemand Debitel, une ex-filiale de Swisscom. Il y remplit diverses fonctions dirigeantes en Allemagne et en France avant de rejoindre Swisscom en 2000.

Cet économiste d'entreprise et informaticien de formation a dirigé durant près de six ans la division des télécommunications mobiles du géant bleu avant d'en prendre la tête. Grand sportif, amateur de randonnées en montagne et de vélo, Carsten Schloter a participé plusieurs fois à la patrouille des glaciers. Séparé, il était le père de trois enfants. (comm/ats)

Carsten Schloter était père de trois enfants.

L'action décroche momentanément

L'action de l'opérateur semi-public Swisscom a momentanément décroché mardi à la Bourse suisse à l'annonce du décès subit du directeur général de Swisscom Carsten Schloter. Elle a perdu instantanément près de 7 francs, avant de se ressaisir.

A la publication par Swisscom du décès de Carsten Schloter, peu après 13h30, l'action du géant bleu est passée du vert au rouge, décrochant de son plus haut niveau du jour, à près de 419 francs, pour tomber à 412 francs. Elle a ainsi perdu plus de 1,6% en une fraction de seconde, dans un marché stable.

Par la suite, le titre s'est ressaisi pour valoir 414 francs vers 15h40, cédant encore 0,74% par rapport à son cours de clôture de lundi. La disparition de Carsten Schloter, un suicide selon les premiers éléments de l'enquête de police, ouvre sur une période d'incertitude pour Swisscom.

De moins en moins de temps

Carsten Schloter s'était confié à «Schweiz am Sonntag», au mois de mai. Dans cette interview, il constatait qu'il avait toujours plus de difficulté à retrouver son calme. Il avait l'impression de courir d'un engagement à l'autre. Bien qu'ouvert sur sa vie privée, celle-ci faisait souvent l'objet de spéculations. Il avait aussi reconnu dans la presse que son mariage battait de l'aile, faute de temps à disposition.

Christoph Brand, chef du numérique à Tamedia, avait travaillé avec le boss de Swisscom. Il s'est dit «profondément choqué» par cette mort. Il décrit Carsten Schloter comme un homme axé sur la famille, très professionnel. Il doute que ce décès ait été provoqué par des difficultés liées à la société.

Carsten Schloter était en outre un grand sportif. Il avait notamment participé à la Patrouille des Glaciers en compagnie d'André Lüthi, patron de Globetrotter. Son ami parle d'un homme ambitieux, athlète passionné avec une forte personnalité. «La plus grande passion de Schloter, avec le sport, c'était Swisscom.» /cbx

L'enquête

La police penche pour un suicide et enquête sur les circonstances exactes. Aucune autre information ne sera communiquée par respect pour la famille.

Ton opinion