Le patron de Total en garde à vue
Actualisé

Le patron de Total en garde à vue

Paris - Le patron du groupe pétrolier français Total Christophe de Margerie a été placé en garde à vue à Paris dans le cadre d'une affaire concernant des soupçons de corruption en Iran.

L'enquête porte sur des fonds dont la trace a été retrouvée en Suisse.

Selon des sources proches du dossier, le haut dirigeant est interrogé dans les locaux de la brigade financière sur un contrat signé en 1997 par Total avec la société pétrolière nationale iranienne NIOC. Ce contrat concernait l'exploitation par une joint-venture réunissant Total, le russe Gazprom et le malaisien Petronas d'une partie du champ gazier off-shore de South Pars, au large de l'Iran.

Le patron de Total, premier groupe français en terme de chiffre d'affaires et de capitalisation boursière et quatrième groupe pétrolier mondial, devait passer la nuit à la brigade financière, selon une source proche du dossier. Le juge Philippe Courroye, en charge de l'enquête, avait la possibilité de demander la prolongation de la garde à vue pour 24 heures à compter de jeudi matin.

Egalement convoqués mercredi, quatre autres cadres et anciens cadres de Total, Robert Castaigne, directeur financier, Philippe Boisseau, patron de la filière gaz, Michel Naylies, ancien patron de South Pars, et Patrick Rambaud, ancien cadre du groupe, ont été remis en liberté dans la soirée.

L'enquête, ouverte en décembre, porte sur des fonds dont la trace a été retrouvée en Suisse et qui auraient été versés de façon illicite par des dirigeants de Total à des décideurs iraniens, entre 1996 et 2003, en vue de s'assurer l'obtention du marché gazier iranien. Près de 100 millions de francs auraient transité sur deux comptes. 10% de ces fonds ont été bloqués par la justice helvétique, qui a ouvert sa propre enquête pour blanchiment de capitaux.

Par ailleurs, M. de Margerie et plusieurs autres dirigeants ou anciens dirigeants du groupe sont déjà mis en examen pour «complicité d'abus de biens sociaux et complicité de corruption d'agents publics étrangers» dans l'affaire «pétrole contre nourriture» en Irak sous le régime de Saddam Hussein.

(ats)

Ton opinion