Procès BCGE: Le patron se réjouit de pouvoir tirer un trait
Actualisé

Procès BCGELe patron se réjouit de pouvoir tirer un trait

A deux jours de l'ouverture du procès lié à la débâcle de la BCGE, Blaise Goetschin, directeur de l'établissement, a hâte d'en finir.

Même si la banque s'est portée partie civile, Blaise Goetschin prend du recul par rapport à ce procès.

Même si la banque s'est portée partie civile, Blaise Goetschin prend du recul par rapport à ce procès.

«La BCGE d'aujourd'hui n'est plus du tout celle dont on va parler devant la Cour correctionnelle», affirme M.Goetschin dans un entretien paru samedi dans la «Tribune de Genève». «Nos clients doivent réaliser que ce passé est déconnecté de la réalité actuelle», souligne le directeur général en poste depuis 2000.

Il reconnaît que le grand déballage qui aura lieu jusqu'au 26 novembre pourrait influencer le choix des clients. Mais «à mon sens, ce procès n'intéresse qu'une petite frange du public, les politiques, nos concurrents et les acteurs eux-mêmes», estime M.Goetschin.

Dès lundi, cinq personnes comparaîtront devant la Cour correctionnelle de Genève, dont l'ancien président du conseil d'administration Dominique Ducret, l'ex-directeur général Marc Fues et l'ancien directeur adjoint de la banque René Curti. Ils sont accusés de faux dans les titres et gestion déloyale aggravés. Les faits remontent aux années 1996 à 1998. (ats)

Ton opinion