Votations 28 février: Le PBD prône le rejet de deux initiatives
Actualisé

Votations 28 févrierLe PBD prône le rejet de deux initiatives

Les délégués du PBD se réunissaient pour débattre de deux objets soumis au peuple le 28 février. Ils rejettent les initiatives du PDC et des Jeunes socialistes.

Les délégués du PBD recommandent le rejet de l'initiative contre la pénalisation du mariage et de celle des Jeunes socialistes contre la spéculation sur les denrées alimentaires. Ils avaient déjà dit oui au Gothard et non au renvoi automatique des criminels étrangers.

Ces quatre objets sont soumis en votation le 28 février. Les délégués du parti bourgeois-démocratique, réunis en assemblée samedi à Weinfelden (TG), ont rejeté par 104 voix contre 13 l'initiative PDC en faveur de l'abolition de la pénalisation du mariage.

Trop cher

Ils estiment que ce projet est trop cher en termes de pertes fiscales et n'améliore la situation que de 2% des couples mariés. Le PBD soutient d'autres solutions.

Quant à l'initiative populaire des Jeunes socialistes contre la spéculation sur les denrées alimentaires, ils l'ont rejetée par 110 voix contre 5. Ce texte est jugé impraticable et contreproductif. Les entreprises concernées pourraient facilement contourner les nouvelles règles en délocalisant leur siège.

Le 11 novembre dernier, le PBD avait rejeté le texte de l'UDC par 161 voix contre 3. Revenant sur cet objet, le président du PBD Martin Landolt a répété que la votation ne se limitera pas au renvoi des criminels étrangers. Le peuple devra décider «s'il choisit d'enfreindre sciemment les droits fondamentaux inscrits dans la constitution ainsi que les droits humains», a-t-il souligné.

Non à AVSplus

Samedi, les délégués PBD se sont aussi prononcés sur l'initiative AVSplus, dont la date de votation n'est pas encore connue. Cela n'a pas empêché les délégués PBD de s'opposer massivement au texte de la gauche par 117 voix contre une.

Le projet qui prévoit une hausse de 10% des rentes AVS entraînerait des coûts supplémentaires trop élevés: de l'ordre de 4 milliards de francs par an dès son entrée en vigueur en 2018 voire même 5,5 milliards plus tard. Pour le PBD, des solutions pragmatiques pour les rentes sont à discuter dans le cadre de la réforme de la prévoyance vieillesse 2020, actuellement au Parlement.

Système de prévoyance-temps

Le PBD n'entend d'ailleurs pas en rester là. Il a lancé samedi un projet intergénérationnel à l'échelle suisse. Il s'inspire d'une expérience menée dans la ville de St-Gall. L'idée consiste à donner du temps pour des personnes âgées dans leurs besoins quotidiens.

En contrepartie, les donneurs reçoivent des «crédits temps» qu'ils pourront faire valoir lorsqu'eux-mêmes en auront besoin. Ce système de prévoyance-temps permettrait d'empêcher une hausse massive des coûts d'assistance. En ouverture de l'assemblée, le président du PBD Martin Landolt a rappelé que la Suisse avait besoin de solutions pragmatiques portées par les partis du centre. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion