Fédérales - Fribourg: Le PDC choisit une liste avec peu de ténors
Actualisé

Fédérales - FribourgLe PDC choisit une liste avec peu de ténors

Réunis jeudi soir en assemblée, près de 200 délégués du PDC fribourgeois ont désigné les candidats aux élections fédérales 2011.

A part les sortants Urs Schwaller pour les Etats et Dominique de Buman pour le National, les autres candidats adoubés sont peu ou pas connus.

Pour un 3e mandat au conseil des Etats, le PDC compte sur son homme fort Urs Schwaller. Pour le National, il envoit Dominique de Buman, également pour un 3e mandat.

Sa locomotive Thérèse Meyer-Kaelin ne sera pas facile à remplacer: la conseillère nationale a décidé de ne pas rempiler.

Deuxième tentative pour Mme Bulliard

Trois des candidats sortent du lot, il s'agit des deux députés Christine Bulliard-Marbach et Eric Collomb ainsi qu'Albert Lambelet. Agée de 52 ans, Mme Bulliard est responsable d'une exploitation agricole, présidente de la Haute école pédagogique et conseillère communale à Ueberstorf, en Singine. Elle a déjà été candidate en 2004; elle était alors arrivée première des viennent-ensuite.

Agé de 42 ans, économiste d'entreprise, M. Collomb dirige une entreprise de transports. Il est également président du PDC de la Broye. Ses domaines d'intervention privilégiés sont l'économie et l'énergie.

Agé de 50 ans, Albert Lambelet est membre de l'exécutif de l'agglomération de Fribourg et syndic de Corminboeuf. Economiste et diplômé postgrade en pédagogie et didactique, il enseigne à l'Ecole professionnelle commerciale de Fribourg.

Les trois autres sont: l'ex-député Fritz Herren, le président des Banques Raiffeisen Fribourg François Bosson, également président du PDC de la Glâne et conseiller communal de Rue, ainsi que Pierre Kaelin, néophyte en politique, gestionnaire et frère de Mme Meyer- Kaelin.

Motiver les troupes

Les candidats ont été désignés par acclamations dans une atmosphère conviviale, loin des remous ayant vu l'ex-président du parti Emanuel Waeber claquer la porte et rejoindre l'UDC. Les deux co-présidents Urs Schwaller et Thérèse Meyer-Kaelin l'ont remplacé au pied levé il y a un mois.

Ils ont été confirmés dans cette fonction par une ovation. Tous deux se sont employés à motiver les troupes. «Nous avons des têtes, des atouts et de l'engagement, nous pouvons gagner, nous allons gagner», a lancé Mme Meyer-Kaelin. «Mais il faudra se battre», ont insisté les deux co-présidents.

(ats)

Ton opinion