Le PDC contre l'initiative pour la médecine complémentaire
Actualisé

Le PDC contre l'initiative pour la médecine complémentaire

Le groupe PDC combattra l'initiative «oui à la médecine complémentaire» à la session d'automne du Parlement.

Il défendra sa motion pour la réintégration de cinq méthodes de médecine alternative dans le catalogue des prestations de base.

Ces décisions ont été communiquées samedi par le groupe à l'issue de sa séance. L'homéopathie, la médecine anthroposophique, la thérapie neurale, la phytothérapie et la médecine chinoise traditionnelle doivent de nouveau être remboursées par l'assurance maladie obligatoire, réclame la motion déposée par le conseiller national Reto Wehrli (PDC/SZ).

Le groupe PDC s'est aussi entretenu avec le président de la Conférence des directeurs de la santé publique Markus Dürr du financement des hôpitaux. Il soutient les forfaits par cas et le libre choix de l'hôpital parmi les établissements sur les listes agrées par le canton.

Régler la médecine de pointe

Les démocrates-chrétiens veulent également ancrer dans la loi la répartition des charges entre assureurs maladie et cantons. Ces derniers ne devraient pas devoir financer plus de 55 % des frais pour tous les établissements inscrits sur les listes cantonales. Le PDC réclame par ailleurs d'urgence que les cantons planifient la médecine de pointe à l'échelle nationale.

Pour les financements des soins, le PDC soutient la solution préconisée par la commission compétente du Conseil des Etats. Les patients ne doivent pas devoir prendre en charge plus de 20 % des frais non remboursés par leur assurance maladie, soit 7100 francs par an.

(ats)

Ton opinion