Elections fédérales: Le PDC risque d'être le grand perdant en 2019
Actualisé

Elections fédéralesLe PDC risque d'être le grand perdant en 2019

Si les élections fédérales avaient lieu ce mois, l'UDC et les vert'libéraux gagneraient des électeurs, révèle un sondage Tamedia. Le PDC, lui, en perdrait.

par
ofu

Le 20 octobre 2019, soit dans moins de deux ans, le peuple suisse se rendra aux urnes pour renouveler le Parlement. Dans ce contexte, Tamedia, éditeur de «20 minutes», a voulu savoir pour quel parti politique vous comptez voter et découvrir quels sujets vous préoccupent le plus.

La première vague des résultats révèle désormais que les vert'libéraux et le parti agrarien devraient figurer parmi les grands vainqueurs de l'élection du Conseil national, avec une progression de respectivement 1,5 point et 1,4 point. Du côté des perdants, on retrouverait le PDC avec -2,5 points. Retrouvez tous les résultats par partis obtenus lors des dernières élections fédérales de 2015.

Les problèmes ont changé

Afin de mieux comprendre ces résultats, le sondage s'est donc intéressé aux personnes comptant voter pour un autre parti que lors des dernières élections de 2015. Il en ressort ainsi que 23,8% des personnes ne souhaitant plus voter pour le PDC en 2019 estiment que le parti démocrate-chrétien ne représente plus leur vision des choses. 24,9% des individus ne souhaitant plus revoter pour le PDC expliquent que le parti qu'ils affectionnent désormais s'est rapproché, au fil des ans, de leur positionnement. Et pour finir, 20,1% d'anciens électeurs du PDC trouvent que les problèmes auxquels la Suisse doit faire face ont changé depuis 2015 et que le nouveau parti politique qu'ils comptent soutenir propose désormais les meilleures réponses à ces problèmes.

Le travail fourni par le Parlement ne convainc pas

L'enquête de Tamedia permet par ailleurs d'entrevoir la crédibilité dont jouissent les partis politiques auprès de la population suisse. A la question de savoir à quel point chaque parti s'engage réellement pour les thèmes et les valeurs qu'il affirme défendre, des écart notables sont constatés:

15% des personnes interrogées estiment ainsi que les libéraux-radicaux s'engagent pleinement pour les thèmes qui leurs sont chers. 67% des individus sondés trouvent que le parti ne le fait que partiellement. Seuls 17% estiment que le PLR ne s'engage pas pour les valeurs qu'il affirme défendre. Ce taux grimpe à 26 % pour le PDC, 35% pour l'UDC et 36% pour le PS.

Il est important de noter que ces chiffres sont à prendre avec des pincettes puisque les réponses données par les participants au sondage dépendent fortement de leur préférence politique et donc de l'affection qu'elles ont pour l'un ou l'autre parti.

Reste que ce manque de crédibilité envers les grands partis helvétiques semble également se dépeindre sur la satisfaction envers le Parlement: 55% des personnes interrogées ne sont en effet pas satisfaites du travail réalisé par le Conseil national et le Conseil des Etats. Cette insatisfaction se fait avant tour ressentir auprès des électeurs du parti agrarien (71%), des verts (61%) et du PBD (53%). Si la préférence politique des participants au sondage semble donc avoir une grande incidence sur la satisfaction envers le travail fourni par le Parlement, le lieu de résidence des sondés n'en a aucune.

Un coup d'oeil sur les préoccupations des Suisses montre finalement que les coûts de la santé (69%), la prévoyance vieillesse (64%) ainsi que les relations Suisse - UE (56%) sont les trois problèmes les plus urgents.

Quelques informations sur le sondage

Le sondage en ligne a été réalisé entre le 4 et le 5 janvier 2018 sur les sites des différents titres de Tamedia. Pas moins de 20'422 personnes issues de toute la Suisse y ont participé. Les politologues Lucas Leemann et Fabio Wasserfallen ont pondéré les réponses en fonction de variables démographiques, géographiques et politiques afin de correspondre le plus étroitement possible à la structure de la population suisse. La marge d'erreur est de 1,2%.

Ton opinion