Économie verte: Le PDC veut également un «green deal»

Actualisé

Économie verteLe PDC veut également un «green deal»

Le PDC réclame à son tour un plan pour une économie suisse axée davantage vers des investissements et des mesures écologiques et durables.

La Suisse doit saisir l'opportunité offerte par la crise pour développer une politique économique durable, a dit Christophe Darbellay mardi lors d'une conférence de presse. Dans un plan d'action, le parti démocrate-chrétien (PDC) prône des investissements «verts» dans les énergies renouvelables, des véhicules plus propres et la recherche.

Le montant à injecter n'a pas été spécifié. «Mais la Suisse en a les moyens et la volonté», selon le Valaisan. Il s'agit par exemple de placer des fonds pour développer le réseau d'alimentation pour les voitures électriques. L'énergie nécessaire peut être nucléaire: le PDC approuve l'idée d'une nouvelle centrale atomique pour remplacer un réacteur vétuste, a admis M. Darbellay.

Prime à la ferraille

Les démocrates-chrétiens demandent l'introduction d'une «prime de mise à la ferraille» visant à retirer de la circulation les voitures polluantes. La Confédération et les cantons devraient pratiquer une fiscalité écologique des véhicules. En clair, il faudrait introduire un système de bonus-malus frappant les voitures selon leur taille et accorder une exonération fiscale pour les véhicules particulièrement écologiques.

Les services de Moritz Leuenberger devraient négocier une convention d'objectifs avec auto-suisse prévoyant une valeur moyenne d'émission de 120 grammes de CO2/km d'ici 2012 pour les autos neuves, comme dans l'UE. Les CFF devraient quant à eux créer des tarifs plus abordables pour les familles, a exigé M. Darbellay.

Le PS et les Verts ont eux aussi déjà présenté des plans pour un «new deal» social et écologique. Les écologistes souhaitent que la Confédération prenne des mesures pour 5 à 6 milliards, les cantons et les communes devant s'engager à raison de 3 à 5 milliards. «Mais le PDC est le seul parti bourgeois à assumer clairement ses positions environnementales», a martelé son président.

(ats)

Ton opinion