Présidentielle française: Le Pen part à la pêche, Macron la trolle sur Twitter
Actualisé

Présidentielle françaiseLe Pen part à la pêche, Macron la trolle sur Twitter

Emmanuel Macron et Marine Le Pen se rendent coup pour coup à 10 jours du second tour de l'élection présidentielle.

par
joc
1 / 106
Marine Le Pen a appelé vendredi les électeurs de la gauche radicale à «faire barrage» à son rival centriste Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en France. (Vendredi 28 avril 2017)

Marine Le Pen a appelé vendredi les électeurs de la gauche radicale à «faire barrage» à son rival centriste Emmanuel Macron au second tour de la présidentielle en France. (Vendredi 28 avril 2017)

AFP
Marine Le Pen est arrivée mercredi à l'heure du déjeuner devant l'usine Whirlpool à Amiens... (Mercredi 26 avril 2017)

Marine Le Pen est arrivée mercredi à l'heure du déjeuner devant l'usine Whirlpool à Amiens... (Mercredi 26 avril 2017)

Keystone
... au moment même où son adversaire à la présidentielle française Emmanuel Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux de l'entreprise. (Mercredi 26 avril 2017)

... au moment même où son adversaire à la présidentielle française Emmanuel Macron s'entretenait en ville avec des délégués syndicaux de l'entreprise. (Mercredi 26 avril 2017)

Keystone

Emmanuel Macron et Marine Le Pen poursuivent leur mano a mano à distance, à dix jours du second tour de l'élection présidentielle. La candidate du Front national a une nouvelle fois démarré sa journée à l'aube jeudi, par une sortie de quatre heures en mer à bord d'un chalutier appartenant à un candidat FN aux élections régionales de 2015, baptisé «Grâce de Dieu II».

Une escapade qui n'a évidemment pas échappé à la vigilance d'Emmanuel Macron: «Madame Le Pen se promène à la pêche. Bonne promenade. La sortie de l'Europe qu'elle propose c'est la fin de la pêche française. Pensez-y», a-t-il ironisé sur Twitter.

Pendant ce temps, Mme Le Pen a été accueillie au port du Grau-du-Roi (Gard) par une centaine de sympathisants scandant «Marine présidente!». Elle est revenue sur sa visite surprise la veille sur le site de Whirlpool à Amiens, assurant que «ce n'étaient pas des militants, c'étaient les salariés de Whirlpool» qui l'ont alors soutenue, contrairement à ce qu'a affirmé le candidat d'En Marche!. «Il ne veut pas l'admettre, mais c'est la réalité», a-t-elle lancé, alors que M. Macron l'a accusée de lui «avoir couru après à Amiens», en organisant cette visite surprise auprès des salariés de Whirlpool pendant que lui-même s'entretenait avec l'intersyndicale.

«Le Pen Circus»

Le Pen s'en est aussi pris à BFM TV qui a affirmé que des militants FN avaient, en amont de sa visite, offert des croissants aux salariés pour préparer un bon accueil.

Reçu mercredi après Mme Le Pen sur le site par des sifflets et des «Marine présidente», M. Macron avait estimé que «Mme Le Pen fait de l'utilisation politique, puisqu'elle va haranguer des militants politiques sur un parking».

Richard Ferrand, secrétaire général d'En Marche!, a brocardé jeudi le «Le Pen Circus» et regretté que le «front républicain ne se constitue pas» contre la candidate FN. «Voilà une PME qui marche, mais sur la misère des autres, sur la misère du monde», a-t-il fustigé, tandis que le secrétaire général du PCF Pierre Laurent a dénoncé son «discours trompeur» et prédit «beaucoup de déception et d'amertume demain» si elle était élue présidente.

Grand meeting à Nice

M. Macron «a indiqué qu'il mettra en place une politique que je considère comme étant une politique de casse sociale par ordonnances, sans même qu'il y ait un débat devant les assemblées», a rétorqué Marine Le Pen, accusant Pierre Laurent de donner «un blanc-seing à M. Macron pour mettre en place une politique de ravage social».

La candidate du FN tiendra dans la soirée son premier grand meeting de l'entre-deux-tours à Nice, «coup de chapeau» à une région dans laquelle «traditionnellement, il y a un lien de confiance fort» avec les électeurs, a-t-elle salué dans un entretien au quotidien «Nice-Matin». Elle y qualifie son adversaire de «jeune trader» qui «a la froideur des grandes entreprises qui licencient sans état d'âme».

«Elle est née dans un château et elle donne des leçons»

Emmanuel Macron a lui promis mercredi qu'il ne laisserait «pas un centimètre d'espace, pas une seconde de répit, pas une once d'énergie» à son adversaire. En meeting à Arras (Pas-de-Calais) devant quelque 3000 personnes, il a accusé le FN d'avoir «les pires pratiques de l'Ancien Régime». «Mme Le Pen est l'héritière de ce système, elle est née dans un château et elle donne des leçons, elle se prétend du peuple», a-t-il tonné.

Emmanuel Macron sera jeudi soir l'invité de l'émission «Elysée 2017» sur TF1 et LCI, après avoir accordé dans la journée un entretien à la presse régionale.

Le trentenaire, en baisse de 4 points, reste la personnalité politique qui suscite le plus de soutien, selon un sondage Odoxa diffusé jeudi. Avec 41% d'opinions favorables, le candidat d'En Marche! garde l'avantage sur Marine Le Pen, qui gagne pour sa part 4 points de popularité à 33%.

(joc/afp)

Ton opinion