Actualisé 14.02.2011 à 19:15

FranceLe père des jumelles a regagné seul Toulon

Le père des jumelles disparues, qui avait fait la traversée de Marseille en Corse le 31 janvier avec ses filles, a regagné seul la France continentale le 1er février.

Matthias Schepp a quitté seul le port corse de Bastia pour Toulon (sud-est) le 1er février, à bord d'un bateau de la compagnie Corsica, a indiqué une source proche de l'enquête.

«Il a bien acheté un billet et il est vraisemblable qu'il était à bord», a par ailleurs souligné une source judiciaire, ajoutant que le père était «a priori seul car il avait acheté un billet pour une personne, on vérifie qu'il n'était pas accompagné».

Mercredi, le procureur de Marseille avait révélé que les deux jumelles, Livia et Alessia, âgées de six ans, et leur père, avaient été vus sur le Scandola, un navire de la Compagnie méridionale de navigation effectuant la traversée Marseille-Propriano, une station balnéaire de Corse-du-Sud, dans la nuit du 31 janvier au 1er février.

L'oncle des jumelles parle à la presse Def

Matthias Schepp, un ingénieur suisse de 43 ans, séparé de la mère italienne des fillettes, les aurait enlevées le 30 janvier alors qu'il en avait la garde pour un week-end dans son domicile dans le canton de Vaud (Suisse).

Depuis, les polices française, italienne et suisse tentent de recomposer le puzzle de son périple jusqu'à Cerignola (sud de l'Italie) où il s'est suicidé en se jetant sous un train le 3 février.

Fillettes empoisonnées?

La police a fouillé l'ordinateur de Matthias Schepp. Et ce qu'ont trouvé les enquêteurs peut faire craindre le pire.

D'après ce que révèle la radio RMC, le père des jumelles a consulté différents sites de tourisme en Corse. En particulier les horaire des ferry pour l'île de beauté, affirme le quotidien italien «La Stampa». Ce qui laisse supposer que Matthias S. avait prémédité sa fuite.

Mais les enquêteurs ont aussi découvert que l'homme avait surfé sur des sites traitant de méthodes d'empoisonnement, affirme RMC. «C'est très très inquiétant», a souligné l'oncle des fillettes, en parlant de «terrible préméditation» de la part du père. Il s'agissait de son ordinateur de travail, à son bureau. Les fichiers avaient été effacés, a-t-il précisé.

D'où cette question de la radio monégasque RMC: «Les fillettes ont-elle été empoisonnées pendant la traversée?» Car, si depuis hier les policiers sont certains que le père et ses deux filles ont bien embarqué à Marseille en direction de Propriano, on ignore encore si les trois sont bien arrivés dans la ville corse.

Matthias Schepp était suivi par un psychiatre

Valerio Lucidi, l'oncle des jumelles, a parlé à la presse jeudi matin. D'après 24heures.ch, il est revenu sur l'appel à témoin diffusé hier dans l'émission de la RAI «Chi l'ha visto?», en déplorant le peu de témoignages reçus.

Mais Valerio Lucidi a fait d'autres révélations. Et notamment que Matthias S. avait appelé son entreprise dimanche pour annoncer qu'il serait absent lundi matin.

L'oncle a également expliqué que la procédure de divorce dans laquelle Irina et son mari étaient engagés, était difficile. Et que Matthias S., était suivi par une psychiatre, qui n'avait pas détecté de signes alarmants dans son comportement.

La mère «craque»

Concernant les tensions au sein de la famille, l'oncle a indiqué que sa soeur avait reçu des propositions pour aller travailler en Italie et en Belgique. Elle les avait refusées pour préserver l'équilibre avec les enfants.

La mère, qui «craque» nerveusement, selon l'oncle, et les autres membres de la famille vont quitter jeudi Saint-Sulpice pour échapper à la pression médiatique. «On reste cloîtré dans l'appartement» et il faut essayer de s'oxygéner le cerveau, a-t-il conclu.

Fouilles en Corse

L'île de Beauté est devenue l'un des principaux lieux de recherche des jumelles. Les enquêteurs ont entrepris des fouilles à Propriano, selon la radio Europe 1. Les gendarmes, aidés par un hélicoptère et un chien, ont tenté de trouver des éléments permettant de faire avancer l'enquête. Ils ont ainsi passé au peigne fin les abords de la plage de Baracci, un site protégé situé à l'entrée de la ville.

Un appel à témoins a été lancé dans la presse locale. D'après la radio, deux personnes, ont indiqué aux gendarmes avoir vu un père et des fillettes, sans pouvoir formellement affirmé qu'il s'agit de Matthias Schepp, d'Alessia et de Livia. Jeudi, les gendarmes procédaient à des auditions en Corse.

(afp)

La tante des jumelles disparues a demandé à un professeur spécialiste de la psychiatrie de donner quelques éclaircissements sur la personnalité du père, dans un reportage de la TSR. Ce spécialiste a décrété que Matthias Schepp était malade. Il aurait été sujet à des «déséquilibres» mentaux pouvant mener à «des pulsions suicidaires». «Il avait une façade neutre, qui empêchait de voir qu'il n'était pas bien. Le spécialiste a parlé de schizophrénie», a expliqué la tante des jumelles.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!