06.08.2020 à 17:53

États-UnisLe père des voitures autonomes passera par la case prison

Anthony Levandowski devra s’acquitter d’un montant avoisinant le million de francs pour avoir apporté chez Uber sans droits les brevets de Waymo.

Anthony Levandowski
Anthony Levandowski

Ingénieur de génie, Anthony Levandowski espérait éviter la prison.

keystone-sda.ch

Anthony Levandowski a écopé d’une peine de prison de 18 mois pour vol de secrets commerciaux au profit de sa société Otto Trucking, rachetée par la suite par Uber. Le père de la voiture autonome espérait s’en tirer avec 12 mois de détention à domicile et des travaux d’intérêt général. Les juges lui ont juste accordé l’option d’attendre la fin de la pandémie de Covid-19 avant d’aller exécuter sa peine.

Au cours de la procédure, l’ex-ingénieur vedette de Waymo (filiale du groupe Alphabet/Google) a en outre accepté de payer plus de 750’000 fr. en dommages et intérêts, ainsi qu’une amende avoisinant les 100’000 fr. «Le vol de secrets commerciaux de technologie autonome par Anthony Levandowski a été extrêmement perturbateur et nocif pour Waymo. Cela a constitué une trahison et les effets auraient probablement été encore plus graves si l’on n’avait pas pu les détecter», a déclaré un porte-parole de Waymo.

La détention à domicile donnerait le feu vert à tout futur brillant ingénieur pour voler des secrets commerciaux. La peine de prison est la réponse à cela

William Alsup, juge.

Le Ministère public avait recommandé une peine de 27 mois de prison, estimant que Levandowski avait commis le crime par ego ou par cupidité et qu’il restait un homme riche. Expulsé sans ménagement d’Uber et contraint à la faillite avec une dette de 179 millions de dollars à son encontre, Anthony Levandowski n’a en effet pas encore dit son dernier mot.

C’est la fin de trois longues années et demie et le début d’un autre long chemin à parcourir. Je suis reconnaissant à ma famille et à mes amis pour leur amour et leur soutien continus pendant cette période difficile

Anthony Levandowski, ex-ingénieur chez Alphabet/Google.

Selon le site Techcrunch, il a intenté dans le cadre de la procédure de faillite à son encontre une nouvelle action en justice contre Uber. Il réclame le montant de 4 milliards de dollars. Il fait notamment état d’un accord datant du rachat par Uber de sa société Otto Trucking visant à le protéger contre une action en justice. La plainte fait également état de nouvelles allégations concernant le règlement conclu par Waymo et Uber au sujet du vol des secrets commerciaux.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!