Ferguson (USA): Le père du jeune Noir abattu appelle au calme
Actualisé

Ferguson (USA)Le père du jeune Noir abattu appelle au calme

Michael Brown sénior a plaidé l'apaisement, lors d'un rassemblement dimanche. Des milliers de personnes sont attendues ce lundi pour les obsèques publiques de son fils.

Le père de Michael Brown junior été rejoint dimanche dans le cortège, qui a réuni plusieurs centaines de personnes malgré une chaleur accablante, par les parents de Trayvon Martin, un adolescent noir tué en 2012 par un vigile en Floride.

Avant que le père ne prenne la parole, le révérend Al Sharpton, figure des droits civiques aux Etats-Unis, a lui aussi tenu à apaiser les esprits après les manifestations qui ont parfois débordé et ont relancé le débat sur la question noire dans le pays. «Nous ne voulons pas qu'un incident quelconque vienne ternir le nom de Michael Brown demain (ndlr: lundi)», a dit Al Sharpton.

«Tout ce que je veux, c'est la paix»

Le père de Michael Brown, qui a eu un moment d'hésitation avant de prendre la parole, a remercié la foule pour le soutien qu'elle lui a témoigné ainsi qu'à la mère du jeune homme de 18 ans, absente lors du rassemblement.

«Tout ce que je veux, demain, c'est la paix au moment où nous enterrerons notre fils. Je vous en prie, c'est tout ce que je demande», a-t-il insisté.

Le décès de Michael Brown à Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, a été suivi de plusieurs nuits de manifestations globalement pacifiques, émaillées toutefois de pillages et de scènes de confrontation avec les forces de l'ordre.

Calme relatif

Les quatre dernières nuits ont été relativement calmes et la garde nationale a commencé à se retirer de Ferguson vendredi, mais les autorités craignent un regain de tension à l'occasion des obsèques.

Le jeune homme de 18 ans a été abattu le 9 août en pleine journée par un policier blanc, alors qu'il sortait non armé d'un magasin de spiritueux de la banlieue de Saint-Louis, où il venait de voler une boîte de cigares. Les versions de la police et de plusieurs témoins diffèrent.

Pour les uns, Michael Brown aurait tenté de se saisir de l'arme du policier qui l'a abattu. Pour d'autres témoins, dont l'ami de Michael Brown qui l'accompagnait, il avait les mains en l'air. Selon les autopsies, le jeune homme a été atteint d'au moins six balles. (ats)

Ton opinion