09.07.2018 à 20:02

Internet

Le père du web déplore les dérives de son invention

Tim Berners-Lee, créateur du World Wide Web en 1989, n'est pas satisfait de l'évolution de sa création et appelle à sa re-décentralisation.

de
man
Le Britannique Tim Berners-Lee, 63 ans.

Le Britannique Tim Berners-Lee, 63 ans.

Keystone/Walter Bieri

«Nous avons démontré que le web a desservi l'humanité au lieu de la servir, comme il était censé le faire, et a échoué sur de nombreux points.» A l'occasion d'une interview accordée à «Vanity Fair», Tim Berners-Lee, connu pour avoir inventé le World Wide Web en 1989, a manifesté son amertume et ses regrets concernant l'évolution de sa création. Se disant «dévasté» par les récentes dérives du web, entre fake news, ingérence russe dans les élections présidentielles américaines, ou encore affaire Cambridge Analytica de Facebook, cette figure d'internet ne compte pas rester les bras croisés.

Depuis plusieurs mois, il travaille à une nouvelle plateforme. Baptisée Solid, elle est censée re-décentraliser le web et aider les internautes à contrôler leurs données personnelles. But: échapper au monopole de Facebook, Google ou encore Amazon, qui participent à la centralisation du web.

«Sommes-nous sûrs que le reste du monde veuille réellement avoir accès à internet, tel qu'il est aujourd'hui, synonyme de surveillance et d'abus en tous genres, avec des internautes pris en otages du bon vouloir d'une poignée d'acteurs qui contrôlent tout?», avait-il déjà déploré en début d'année.

Cette centralisation croissante du web «a fini par produire - sans action délibérée des personnes qui ont conçu la plateforme - un phénomène massif émergent qui est anti-humain», dénonce Tim Berners-Lee dans les colonnes de «Vanity Fair».

Il garde tout de même l'espoir de corriger le tir: «Les problèmes que doit affronter le web sont complexes et immenses, mais il faut que nous regardions cela comme s'il s'agissait de simples bugs. Les problèmes et erreurs créés par les hommes peuvent être réparés par les hommes, avec de la bonne volonté», assure-t-il.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!