Actualisé 14.02.2011 à 21:12

Jumelles disparuesLe père serait parti sans les sièges enfants

Le père des fillettes disparues n'aurait pas pris les sièges pour enfants avant de quitter la Suisse. En outre, aucun témoin n'a aperçu les fillettes en France.

Le père de famille suisse retrouvé mort vendredi en Italie après avoir disparu dimanche dernier avec ses jumelles, toujours introuvables, a acheté un billet de bateau pour trois pour la Corse mais il n'y a pas de témoin qui l'ait vu à bord, a indiqué dimanche le parquet de Marseille.

«On a pu retrouver la trace de l'achat d'un billet de bateau Marseille-Propriano (Corse) fait par Matthias pour trois personnes, pour lui et ses deux filles, lundi soir», avait indiqué à la mi-journée le procureur-adjoint de la République de Marseille, Christophe Barret.

Il s'agissait d'un bateau de la Compagnie méridionale de navigation (CMN) qui est arrivé à Propriano mardi matin, a-t-il précisé en soirée.

Pas de témoins de sa présence

La compagnie maritime a pu confirmer aux enquêteurs que le billet «avait été scanné» sur le quai d'embarquement du bateau et que Matthias «figurait sur le rôle des passagers», «ce qui n'est pas suffisant pour dire que le père et les fillettes étaient à bord», a-t-il ajouté.

«Nous n'avons pas de témoins ou d'éléments qui nous confirment qu'il est bien monté sur le bateau», a-t-il dit.

Le personnel de l'agence de voyage qui a vendu le billet à Matthias n'a pas vu les fillettes, le père s'étant présenté seul, a précisé M. Barret.

Pour l'heure, «nous n'avons pas de témoins qui ont vu les petites filles en France», a rappelé le magistrat.

Une vidéo pas exploitable

Les enquêteurs interrogent le personnel de la CMN et des ports de Marseille et Propriano à la recherche de témoins ayant vu le trio, la vidéo du bateau n'étant «pas exploitable». La compagnie maritime a envoyé un SMS à tous ses employés pour les inviter à visionner les photos du trio.

Le billet pour trois «laisse penser que les fillettes étaient à Marseille», mais «d'autres éléments donneraient une interprétation contraire», notamment le fait qu'il a quitté son domicile suisse «sans les sièges auto, sans les affaires des enfants ce qui n'était absolument pas dans ses habitudes apparemment», a dit M. Barret.

Les recherches se poursuivaient également en Suisse et dans le sud de l'Italie pour tenter de retrouver les jumelles portées disparues depuis une semaine.

Affaire prioritaire

Interpol, qui a qualifié cette affaire de «prioritaire», a lancé une alerte à ses 188 pays membres pour aider à retrouver les fillettes et diffusé leurs photos sur la page d'accueil de son site internet.

Selon l'agence italienne Ansa, Matthias, qui a fait un testament, laisserait une maison à sa femme, d'autres biens à quelques proches de sa famille, mais l'essentiel irait à ses deux filles.

Il aurait retiré 7500 euros dans cinq distributeurs de billets différents de Marseille, mais il n'avait qu'une centaine d'euros sur lui quand il est mort, rapporte le quotidien italien La Repubblica.

«Qu'est devenu le reste de l'argent», s'interrogent les enquêteurs en espérant qu'il ait pu servir à payer quelqu'un pour s'occuper des fillettes, selon le journal.

Confiées à quelqu'un?

En Suisse, environ 70 personnes ont défilé samedi à travers Saint-Sulpice pour manifester leur solidarité à la famille des jumelles.

«La mère espère que le père ait confié les fillettes à quelqu'un en Suisse, en France ou en Italie», a confié une amie de la mère au journal suisse Sonntagszeitung.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!