Coupes chez Edipresse: Le personnel de «24 heures» exige des négociations
Actualisé

Coupes chez EdipresseLe personnel de «24 heures» exige des négociations

La Société des collaborateurs (SDC) de «24 heures» exige l'ouverture de négociations avec Edipresse Suisse après la vague de licenciements annoncés.

Elle a rencontré jeudi matin pendant près de deux heures les responsables du quotidien. Un sit-in est prévu lundi.

La SDC s'est réunie en assemblée générale extraordinaire après avoir entendu le rédacteur en chef du quotidien Thierry Meyer et le chef des publications régionales Eric Hoesli. Elle condamne les mesures d'écononie décidées, soit 50 postes biffés pour Edipresse Suisse, dont neuf licenciements et une mise à la retraite anticipée à la rédaction de «24 heures».

Dans leur communiqué, les collaborateurs dénoncent l'absence de dialogue préalable. Pour montrer leur mobilisation, ils appellent à un sit-in lundi devant la Tour de l'éditeur.

Les deux responsables ont déclaré qu'Edipresse avait fait tout ce qu'il pouvait pour limiter l'impact des difficultés économiques qui frappent le secteur, a indiqué Gilles Simond membre de la Société des collaborateurs. Les discussions ont été parfois émouvantes en raison de la présence de certaines des personnes licenciées.

Mercredi, Edipresse a annoncé la suppression de 50 postes. Vingt- cinq personnes sont licenciées, 14 dans les rédactions et 11 dans d'autres secteurs du groupe. L'éditeur veut économiser 20 millions de francs en deux ans (2009-2010) pour faire face notamment à la chute de la publicité (-10 millions en 2008).

(ats)

Ton opinion