Actualisé 14.09.2012 à 14:04

Immigration

Le personnel étranger n'est pas une «menace»

L'arrivée de personnel qualifié étranger en terres zurichoises ne menace pas les Suisses sur le marché de l'emploi ou celui du logement. Deux études présentées vendredi le prouvent.

Selon deux études, l'arrivée de personnel qualifié étranger n'est pas une menace pour les Suisses.

Selon deux études, l'arrivée de personnel qualifié étranger n'est pas une menace pour les Suisses.

La pénurie de main d'oeuvre qualifiée dans le canton de Zurich est à l'origine de l'arrivée d'étrangers, constate le bureau Bass, auteur d'une étude menée auprès de 685 entreprises et de 666 migrants. Durant les dix dernières années, le besoin en personnel hautement qualifié a fortement augmenté. Pendant ce temps, le nombre de Suisses hautement qualifié n'a pas suivi la même courbe.

Emploi: 50% d'étrangers en 2030?

Dans le canton, les étrangers représentent actuellement 31% des personnes en âge de travailler. Si la pénurie croissante de personnel qualifié helvétique se poursuit, leur taux pourrait atteindre 50% d'ici à 2030.

Jusqu'à présent, la vague d'immigration n'a pas chassé la population indigène des centres urbains, affirme le bureau Raumdaten/ Sotomo sur la base d'une autre étude publiée vendredi. Et ce, malgré le fait que quatre cinquième des nouveaux migrants vivent en ville de Zurich.

Il semble en revanche de plus en plus difficile d'accéder à un logement qui vient d'être construit en périphérie. Sur ce marché-là, ce sont surtout les étrangers établis en Suisse depuis longtemps qui souffrent de la concurrence des nouveaux migrants. Les Suisses sont moins menacés, observe Raumdaten/Sotomo.

Pas d'impact sur les bouchons

De manière générale, les nouveaux migrants n'ont en général pas d'enfants et se déplacent en transports publics. Ils ne surchargent donc pas le réseau routier, démontre l'enquête.

Les nouveaux migrants sont en outre davantage exposés que les Suisses à la hausse des prix dans l'immobilier, à laquelle ils contribuent indirectement. Dans l'ensemble, les locataires helvétiques vivent plus longtemps dans le même appartement. Résultat: ils paient leur logement moins cher.

La population étrangère a beaucoup contribué au succès de l'économie zurichoise, a déclaré le conseiller d'Etat Ernst Stocker (UDC) lors de la présentation des deux études. Pour diminuer sa dépendance économique par rapport à l'immigration, la Suisse doit former davantage de personnes qualifiées, conclut-il. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!