Le petit Suisse qui va attaquer Google
Actualisé

Le petit Suisse qui va attaquer Google

GENEVE. Terra Nostra
a investi un demi-million
de francs pour créer
un moteur de recherche
100% helvétique.

D'ici à deux semaines, les robots du moteur de recherche annibal.ch auront copié 3 millions de pages internet suisses, soit près de la moitié des 7 à 8 millions de pages web réalisées par des Suisses. «Sur 800 000 sites suisses, seuls 500 000 sont réellement actifs», confie Sébastien Roullet, fondateur de la société publicitaire Terra Nostra, à l'origine de ce moteur de recherche genevois spécialisé sur le Web helvétique. «D'ici à Noël, l'intégralité des pages web en Suisse sera copiée et notre moteur sera complet», ajoute-t-il. L'apport d'Annibal réside pour l'instant dans sa présentation très sobre et l'affichage d'une capture d'écran des sites désignés comme résultat de la recherche. Mais comment un petit site, dont le développement réalisé par le concepteur de site web Logistic D.I. n'a coûté que 500 000 fr., peut-il espérer concurrencer un géant comme Google? En fait, le projet d'annibal.ch n'est pas de remplacer Google, mais de gagner une part de marché de 5 à 10%, à la manière du moteur concurrent Search.ch. Comme Google, Annibal.ch souhaite se financer par la publicité. Les annonceurs peuvent verser 150 fr. par an pour figurer en tête des recherches. «Notre campagne publicitaire sur les bus genevois nous a apporté 600 clients», précise Sébastien Roullet. En cas de succès, le site envisage de s'étendre à l'étranger. Terra Nostra a déjà déposé le nom Annibal dans plus de 80 pays.

Giuseppe Melillo

Ton opinion