Actualisé 26.06.2008 à 21:34

Le pétrole à 140 dollars fait trembler New York

L'indice Dow Jones a chuté de 300 points en réponse à la nouvelle hausse record du baril de pétrole.

Le prix du baril de pétrole a dépassé pour la première fois de son histoire le seuil des 140 dollars jeudi à New York et à Londres. Ce nouveau record s'explique notamment par un nouvel effritement du dollar et par l'annonce par la Libye d'une possible baisse de sa production.

A New York, le baril de «light sweet crude» pour livraison en août est monté vers 20h25 (suisses) à 140,05 dollars, tandis qu'à Londres, où s'échange une qualité de pétrole plus lourde, le baril de pétrole Brent a atteint les 140,38 dollars.

Les cours du pétrole ont ainsi plus que doublé des deux côtés de l'Atlantique en un an. Jeudi, ils gagnaient plus de 5 dollars sur une seule séance, les investisseurs se ruant sur les marchés après un nouvel accès de faiblesse du dollar, monnaie dans laquelle est vendu le brut.

La monnaie américaine est tombée à plus de 1,57 dollar pour un euro jeudi. Ce qui représente une opportunité pour les investisseurs hors zone dollar, cherchant à se protéger de l'inflation.

«Tout dépend de la BCE»

L'or noir a également profité des propos jeudi du président de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) Chakib Khelil. Ce dernier a estimé que les prix du baril du pétrole vont atteindre 150 à 170 dollars «durant cet été».

«Cela va peut-être décliner un peu vers la fin de l'année», a-t- il déclaré jeudi lors d'un entretien à la chaîne de télévision France 24. Tout dépendra de la Banque centrale européenne (BCE) et de la décision qu'elle pourrait prendre de relever les taux de l'euro, a indiqué M. Khelil. Dans ce cas-là, le prix du pétrole pourrait augmenter.

Le président en exercice de l'OPEP a aussi évoqué les tensions avec l'Iran comme facteur de hausse du prix du pétrole. M. Khelil ne pense en revanche pas que le baril pourrait monter jusqu'à 200 dollars, sauf en cas de grave crise sur les marchés pétroliers, tel qu'un arrêt de la production en Iran.

Dans ce cas, il juge «possible» que les prix puissent grimper «jusqu'à 200, 300, 400 dollars». (ats)

L'indice Dow Jones a chuté de plus de 300 points à la bourse de New York, à la suite d'inquiétudes croissantes sur l'économie américaine et les bénéfices des grandes compagnies.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!