Pétrole: Le pétrole au niveau le plus bas depuis plus d'un an
Actualisé

PétroleLe pétrole au niveau le plus bas depuis plus d'un an

Les cours du pétrole se sont davantage affaissés mercredi en fin d'échanges européens.

Les prix du pétrole ont de nouveau chuté mercredi, à deux jours d'une réunion cruciale de l'Opep. Ils ont été plombés par les craintes d'un effondrement de la demande mondiale, confortées par l'annonce d'une forte hausse des stocks pétroliers aux Etats-Unis.

Sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» pour livraison en décembre a fini à 66,75 dollars, en baisse de 5,43 dollars par rapport à la clôture de mardi. Il est tombé en séance à 66,20, un niveau plus vu depuis le 14 juin 2007.

A Londres, le baril de Brent à échéance identique est passé sous les 65 dollars, touchant 63,96 dollars, un plus bas depuis le 9 mai 2007.

Les participants «sont inquiets de voir la demande chuter, vu que les Etats-Unis et l'Europe vont probablement subir une détérioration de l'économie plus profonde qu'attendu», a expliqué Bart Melek, de BMO Capital Markets.

Alimentant ces craintes, le rapport hebdomadaire du département américain (DoE) à l'Energie a montré que «la demande s'effondre aux Etats-Unis», a-t-il ajouté. Sur les quatre dernières semaines, les Américains ont en effet consommé 18,7 millions de barils par jour de produits pétroliers, en baisse de 8,5 % comparé à un an plus tôt.

Et les stocks de produits pétroliers ont progressé bien plus que prévu l'an dernier aux Etats-Unis, notamment ceux de brut et de produits distillées, particulièrement observés avec l'approche de l'hiver, synonyme d'augmentation de la consommation de fioul de chauffage.

«Le renforcement du dollar contribue au mouvement, mais les fondamentaux du pétrole se détériorent», a résumé Thierry Lefrançois, de Natixis.

«Notre scénario pour le pétrole est une nouvelle fois remis en cause par la chute de la consommation, la hausse des stocks pétroliers et l'incapacité de l'Opep à faire face à la situation dans un contexte de récession», a-t-il ajouté.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole tient une réunion d'urgence vendredi pour tenter d'enrayer la chute des cours. Le prix du baril a perdu plus de la moitié de sa valeur depuis juillet.

(ats)

Ton opinion