Marchés: Le pétrole continue de grimper
Actualisé

MarchésLe pétrole continue de grimper

Les prix de l'or noir profitaient du dollar affaibli et des espoirs d'une baisse concertée de l'offre entre grands producteurs.

A mi-journée le baril de Brent grimpait de 58 cents à la Bourse de Londres.

A mi-journée le baril de Brent grimpait de 58 cents à la Bourse de Londres.

photo: Keystone

L'or noir, qui avait touché des plus bas en près de 13 ans en février, reprend en effet des couleurs ces derniers temps en enregistrant deux jours consécutifs de net rebond.

Vers 12h30, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai valait 42,12 dollars sur l'Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 58 cents par rapport à la clôture de jeudi.

Dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange (Nymex), le baril de «light sweet crude» (WTI) pour livraison en avril gagnait 63 cents à 40,83 dollars.

Les cours du Brent et du WTI, après deux jours d'une spectaculaire progression les ayant conduits à de nouveaux plus hauts en trois mois et demi, poursuivaient leur hausse vendredi, visiblement prêts à achever une quatrième semaine consécutive dans le vert.

Mélange catalytique

Le pétrole «continue à recevoir le soutien du mélange catalytique (formé par) la faiblesse du dollar et des attentes grandissantes de possibles réductions de production avant la réunion très attendue (entre producteurs) d'avril», soulignait Lukman Otunuga, analyste chez FXTM.

Ces deux catalyseurs ont en effet permis aux cours du brut de grimper vendredi vers midi à des plus hauts depuis début décembre, à respectivement 42,31 dollars pour le Brent et 40,93 dollars pour le WTI.

«Le bond des prix (de jeudi) était imputable d'abord et avant tout à un dollar significativement plus faible», qui est tombé à un plus bas en cinq semaines face à l'euro, notaient les analystes de Commerzbank.

Les prix du brut bénéficiaient en effet largement depuis jeudi de la faiblesse du dollar, qui pâtit de l'attentisme manifesté mercredi par la banque centrale américaine quant à la normalisation de sa politique monétaire.

Réunion à Doha

Or, toute dépréciation du dollar profite en effet au marché de l'or noir, car les échanges y sont libellés en billets verts et en deviennent donc plus intéressants pour les investisseurs.

«L'espoir que les principaux pays producteurs de pétrole de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et la Russie s'entendent sur des plafonnements de production contraignant le 17 avril apporte aux prix un dynamisme supplémentaire», ajoutaient les experts de Commerzbank.

L'or noir, qui avait touché des plus bas en près de 13 ans en février, reprend en effet des couleurs ces derniers temps, porté par les attentes de voir les grands producteurs se mettre d'accord pour limiter l'offre.

Le Qatar a annoncé cette semaine que des pays producteurs de pétrole, membres et non membres de l'OPEP, se réuniraient le 17 avril à Doha pour tenter de stabiliser la production et soutenir les prix du brut.

La réunion rassemblera quinze pays dont la production représente environ les trois quarts de l'offre mondiale. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion