Actualisé 27.09.2020 à 18:00

VotationsLe peuple a dit «non» à l’initiative de l’UDC

Les Suisses tiennent à leurs relations avec l’Union européenne et ils l’ont montré dimanche. L’initiative pour une immigration modérée de l’UDC a été rejetée par 61,7% des votants. Le «non» a principalement été porté par les centres urbains et les cantons romands.

Bâle-Ville (74,6%) a compté le plus d’opposants au texte. Il est suivi des autres cantons frontaliers que sont Neuchâtel (71,1%), Vaud (70,9%), Genève (69%) et le Jura (68,1%). Fribourg (64,6%), le Valais (62%) et Berne (61,3%) ont également déposé un «non» net dans les urnes.

Seuls quatre cantons, dont le Tessin (53,1%), ont plébiscité le texte. Appenzell Rhodes-Intérieures s’est montré le plus enthousiaste avec 54,3% de «oui». Schwyz (53,4%) et Glaris (50,5%) complètent le quatuor.

Au final, plus de 1,9 million d’électeurs se sont opposés au texte. Et quelque 1,2 million ont glissé un bulletin favorable.

Vidéo explicative sur l’objet ayant été soumis à votation.

20Minutes

UDC désavouée

L’UDC n’a ainsi pas réussi à renouveler la surprise du 9 février 2014. Le peuple avait alors accepté du bout des lèvres son initiative «contre l’immigration de masse». Jugeant la mise en oeuvre du texte insuffisante, le parti conservateur et l’Action pour une Suisse indépendante et neutre avaient remis le couvert.

L’initiative dite de limitation demandait que la Suisse règle de manière autonome son immigration. Elle voulait notamment en finir avec la libre circulation avec l’UE qui met, selon les initiants, sous pression le marché du travail, les services sociaux ou encore les infrastructures.

Lors de la campagne, l’UDC a joué sur les craintes des travailleurs jeunes et plus âgés d’être poussés dehors par des étrangers moins chers. Outre un dumping salarial, l’immigration «incontrôlée» provoquerait également une hausse des coûts de l’assurance-chômage et des loyers, une surcharge des trains et des routes, ainsi qu’un bétonnage accru des paysages ruraux, a assuré le parti.

«Brexit suisse» évité

Pour les opposants, la libre circulation est bénéfique à la place économique et scientifique suisse. Les entreprises helvétiques ont besoin de travailleurs étrangers et le commerce est intrinsèquement lié à l’Europe, ont avancé le gouvernement, tous les autres partis, les employeurs et les syndicats.

Le camp du «non» a ainsi convaincu la majorité des votants d’éviter un «Brexit suisse», la libre circulation étant liée par une clause de guillotine à six autres accords bilatéraux.

«La clause guillotine a gagné»

«C’est la clause guillotine qui a gagné», a estimé dimanche la conseillère nationale Céline Amaudruz (UDC/GE) pour les initiants de l’initiative de limitation. Mais «ce résultat n’est pas un signal en vue de l’accord-cadre», a-t-elle ajouté.

«La clause guillotine faisait peur aux citoyens», pense Mme Amaudruz, qui s’exprimait à la RTS, en référence au dispositif qui lie la libre circulation à six autres accords bilatéraux.

«Nous étions seuls contre tous», a poursuivi la Genevoise. «Il faut voir à quel pourcentage nous avons perdu». L’UDC entend «s’assurer qu’on ne rentre pas petit à petit dans l’Union européenne».

Interrogé à chaud après les premières projections, le chef du groupe parlementaire socialiste au Parlement Roger Nordmann (PS/VD) a estimé que la crise du Covid a sans doute joué un rôle dans cette votation qui aurait dû avoir lieu en mai dernier.

Mais les Suisses ont surtout signalé leur attachement aux relations bilatérales, qui fonctionnent bien depuis 20 ans. La Suisse envoie aujourd’hui un signal fort à l’Europe, a-t-il déclaré sur les ondes de la RTS. Le Brexit de la Grande-Bretagne a aussi fait peur.

(ATS, NXP, Keystone)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
805 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Adieu la suisse

28.09.2020 à 17:09

Ce qui me dérange c’est qu’on n’est pas tous logé à la même enseigne. Certains peuples avec moins d’immigration peuvent encore exister alors que d’autres peuples comme nous les suisses allons complètement disparaître avant les autres. Il faudrait instaurer des quotas afin que chaque pays aient le même pourcentage d’immigrés par rapport à la population initiale mais comme on a plus le droit de parler de ça sous peine d’être taxé de raciste, xénophobes et j’en passe, le problème est mis sous le tapis et on disparaît sans rien dire.

Gerard

28.09.2020 à 15:13

Monsieur Blocher va pouvoir utiliser sa rente pour réparer le bateau UDC la il prend l'eau

Jean Luc

28.09.2020 à 13:49

Le vote par correspondance au service des fachos mondialistes.