Actualisé 20.02.2016 à 11:30

UkraineLe peuple commémore la répression du Maïdan

La répression sanglante survenue il y a deux ans a laissé des traces. Les Ukrainiens se souviennent, samedi.

1 / 901
14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

Reuters
03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

Keystone
20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

epa/Roman Pilipey

Les Ukrainiens sont partagés entre la fierté d'avoir changé le cours de l'histoire et l'amertume face à la lenteur des changements pour lesquels ils avaient milité. Une marche devait avoir lieu samedi matin sur l'allée de la Centurie céleste où sont morts la plupart de plus de 100 victimes de la répression du Maïdan. Des «projecteurs de la dignité» seront allumés dans la soirée sur des endroits où sont tombés les manifestants.

Une prière pour l'Ukraine et d'autres rassemblements réunissant soldats qui avaient combattu dans l'Est séparatiste prorusse, volontaires et militants est prévue dans la journée. Les deux années qui ont suivi ces violences à Kiev, ont été ponctuées par des bouleversements tragiques pour les Ukrainiens.

Après la chute du régime prorusse du président Viktor Ianoukovitch en février 2014, la Russie a annexé le mois suivant la péninsule ukrainienne de Crimée. Peu après, un conflit armé dans l'Est a éclaté faisant depuis plus de 9000 morts.

Changement des mentalités

Plus de 250 responsables présumés des tueries sont poursuivis par la justice ukrainienne, mais aucune condamnation retentissante n'a encore été prononcée.

Le niveau de vie de la plupart des Ukrainiens a drastiquement chuté dans le sillage de la dépréciation de la monnaie et de l'inflation. Et le pays a sombré dans des querelles politiques entre dirigeants pro-occidentaux et des scandales de corruption qui rappellent les pratiques courantes du régime d'avant le Maïdan.

Mais ceux qui ont participé aux trois mois de contestation sur le Maïdan se réjouissent aujourd'hui du changement des mentalités provoqué par ce soulèvement, même s'ils sont déçus par le pouvoir en place. Ils reprochent surtout aux autorités leur échec total dans la lutte contre la corruption, une des principales exigences du Maïdan.

Une mise en garde adressée au président Petro Porochenko, l'un des hommes les plus riches du pays dont la fortune a grimpé depuis son arrivée au pouvoir malgré la crise et la guerre qu'il avait promise d'arrêter en trois mois. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!