Canton d’Argovie: Le peuple ne peut pas décider de sauver un arbre isolé, selon le TF
Publié

Canton d’ArgovieLe peuple ne peut pas décider de sauver un arbre isolé, selon le TF

La population de Zofingue (AG) s’est battue jusqu’au Tribunal fédéral pour sauver un hêtre sanguin centenaire que la ville voulait abattre. En vain.

C’est ce hêtre sanguin que les habitants de Zofingue ont tenté de sauver.

C’est ce hêtre sanguin que les habitants de Zofingue ont tenté de sauver.

Tele M1

Souvent, quand une commune s’apprête à abattre un ou des arbres, la réaction de la population est épidermique et nombreux sont ceux qui s’élèvent contre la décision des autorités. Il en va de même à Zofingue (AG) où les habitants sont allés jusqu’au Tribunal fédéral pour sauver un hêtre sanguin plus que centenaire dans leur ville.

Comme le raconte la «NZZ» mercredi, les autorités ont décidé l’an dernier d’abattre cet arbre majestueux situé sur le domaine public. Du coup, deux riveraines ont lancé une initiative pour le sauver. Et elles ont touché la corde sensible de la population puisqu’un habitant sur douze a signé ce texte qui demande à la commune de conserver ce hêtre, qui est accessoirement le symbole de la ville. Et si le feuillu devait quand même être abattu en raison d’une maladie par exemple, les autorités étaient priées de replanter un nouveau spécimen analogue.

Mais tant la commune, que le Canton et le Tribunal administratif cantonal ont jugé l’initiative non valable. Selon eux, la protection d’un arbre isolé n’est pas de la compétence de la population, ni même du Conseil municipal. Du coup, les initiants ont décidé de demander au Tribunal fédéral de trancher. Et celui-ci vient de donner raison aux autorités.

Dans leur jugement, les juges de Mon-Repos ont expliqué que la protection des arbres individuels en Argovie était réglée par le droit cantonal et communal en matière de construction et d’aménagement. Autre problème: le fameux hêtre n’a pas été placé sous protection en tant qu’«objet naturel individuel» lors de la révision du plan d’affectation communal. Du coup, adapter ce règlement pour sauver l’arbre aurait abouti à contourner illégalement la loi cantonale.

Les amoureux de la nature de Zofingue ont donc perdu leur combat. Leur beau hêtre sanguin sera abattu malgré tous leurs efforts.

(cht)

Ton opinion

31 commentaires