Actualisé 31.10.2013 à 10:00

SyrieLe photographe polonais enlevé a pu fuir

Enlevé en Syrie en juillet, Marcin Suder a pu rentrer en Pologne. Il a fait faux bond à ses ravisseurs.

Le photographe polonais Marcin Suder, enlevé en juillet en Syrie, a réussi à échapper tout seul à ses ravisseurs et est rentré en Pologne, a annoncé jeudi le ministre polonais des Affaires étrangères Radoslaw Sikorski.

«Marcin Suder est de retour dans sa patrie», a indiqué le ministre sur son compte Twitter, sans autre précision. «Il a eu un grand coup de chance. Il a réussi à s'enfuir», a précisé ensuite à l'AFP Marcin Wojciechowski, le porte-parole du ministère. «Depuis quelques jours, il est là, entouré de sa famille. Il est en bonne santé», a-t-il ajouté.

Plus tard, dans une déclaration laconique à la presse, M. Wojciechowski a souligné que «les services consulaires polonais dans la région avaient aidé le photographe à rentrer au pays». Il a aussi «remercié le ministère de la Défense de lui avoir assuré le transport aérien entre la Turquie et la Pologne».

Les autorités polonaises n'ont rien dévoilé sur les circonstances de la détention et de l'évasion du photographe.

Enlevé en juillet

Marcin Suder, 34 ans, avait été enlevé fin juillet par des hommes armés lors d'un raid contre le centre des médias de Saraqeb dans la province d'Idleb (nord-ouest de la Syrie).

Journaliste indépendant, M. Suder collaborait notamment avec l'agence d'illustrations Corbis et l'agence photo polonaise Studio Melon.

Les raisons de l'enlèvement restaient inconnues. Aucune revendication n'a été publiquement exprimée par des ravisseurs.

Groupe radical

Le Premier ministre polonais Donald Tusk avait estimé en juillet qu'un groupe particulièrement dangereux et radical pourrait être l'auteur de l'enlèvement du photographe et que le vol pourrait constituer un des mobiles de cet acte.

Selon l'organisation de défense de la liberté de la presse Reporters sans frontières (RSF), actuellement une quinzaine de journalistes étrangers sont portés disparus ou retenus par leurs kidnappeurs en Syrie.

Depuis mars 2011, au moins 37 journalistes ont été enlevés, alors que plus de 60 citoyens-journalistes syriens ont été enlevés ou arrêtés par différents groupes armés d'opposition, et plus de 200, arrêtés par le régime. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!