CHEVROLET CORVAIR 95 RAMPSIDE: Le pick-up le plus innovant de son temps
Simon Laufer - Courtesy RM/Sotheby’s / www.zwischengas.com
Publié

CHEVROLET CORVAIR 95 RAMPSIDELe pick-up le plus innovant de son temps

Au début des années 1960, General Motors a présenté le pick-up Chevrolet Corvair 95 Rampside qui, bien qu’étant un véhicule de transport extrêmement innovant, n’a pas réussi à s’imposer sur le marché.

par
Bruno von Rotz

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir pousser sa tondeuse à gazon ou son vélo électrique superlourd directement dans la voiture? Chevrolet avait bien cerné ce besoin et, en 1961, avait sorti le Corvair 95 Rampside.

Le surprenant Corvair

Quand General Motors a dévoilé sa Chevrolet Corvair berline, le 2 octobre 1959, celle-ci s’est révélée être très différente des modèles américains usuels. Le moteur était monté à l’arrière et la suspension était indépendante sur les quatre roues. Le moteur n’était ni un six cylindres en ligne classique, ni un V8, mais un tout nouveau moteur boxer à six cylindres, refroidi par air.

Tout cela était emballé dans une élégante carrosserie autoportante sans ailerons et autres chichis en chrome traditionnels.

Aucun autre pick-up du début des années 1960 ne ressemblait au Chevrolet Corvair 95 Rampside.

Aucun autre pick-up du début des années 1960 ne ressemblait au Chevrolet Corvair 95 Rampside.

Simon Laufer - Courtesy RM/Sotheby’s / www.zwischengas.com
Le Rampside a un clapet à l’arrière, ainsi qu’une rampe sur le côté droit.

Le Rampside a un clapet à l’arrière, ainsi qu’une rampe sur le côté droit.

Simon Laufer - Courtesy RM/Sotheby’s / www.zwischengas.com
Le Corvair n’avait pas besoin de vraie calandre puisque le moteur était refroidi par air et se trouvait à l’arrière.

Le Corvair n’avait pas besoin de vraie calandre puisque le moteur était refroidi par air et se trouvait à l’arrière.

Simon Laufer - Courtesy RM/Sotheby’s / www.zwischengas.com

De la berline à la fourgonnette

À l’automne 1960, le Corvair Greenbrier, décrit à l’époque comme l’innovation la plus importante du programme de construction de Chevrolet, faisait son apparition. Le Greenbrier, une camionnette de type van à cabine avancée avait un empattement raccourci de 241 cm (95 pouces) et présentait une longueur de 456 cm, une largeur de 178 cm et une hauteur de 174 cm. Ses doubles portes du côté droit et à l’arrière facilitaient la montée à bord. Il affichait une charge utile impressionnante de 725 kg. Le van était capable de transporter jusqu’à neuf personnes sur trois rangées de sièges, et sans les deux banquettes arrière, il y avait 4,9 m³ d’espace de rangement disponible. La technologie provenait presque exclusivement de la berline Corvair, même si seule la version de moteur la moins puissante de 81 ch SAE était proposée.

En parallèle au Greenbrier, la section de véhicules utilitaires de Chevrolet a également sorti une fourgonnette du nom de Corvan, ainsi qu’un pick-up du nom de Corvair 95 Rampside. Le pick-up tirait son nom de la rampe latérale rabattable, qui permettait un chargement aisé jusqu’au centre du plateau de chargement. L’inclinaison de la rampe, d’une capacité de charge de plus de 450 kg, n’était que de 22 degrés. Au niveau style, détails de construction et charge utile (plus de 860 kg), le Rampside semait largement la concurrence.

La première année, près de 11’000 exemplaires du Rampside ont été écoulés, mais dès l’année suivante, les ventes ont reculé à tout juste plus de 4000 exemplaires et ce, bien que GM ait fourni un gros travail de persuasion pour le Corvan et le Rampside. Pour prouver sa robustesse, on avait même soulevé et fait retomber un Corvan à l’aide d’un aimant et fait monter un jeune éléphant de 550 kg dans le Rampside.

Pas assez de succès

La construction du Rampside n’a duré que quatre ans, les chiffres de vente ne laissant pas d’autre choix que d’arrêter sa production. Malgré sa conception avancée, le pick-up présentait également des inconvénients, notamment son plateau de chargement non plat et le design quelque peu inhabituel pour un pick-up. Dans le même temps, des articles de presse négatifs sur la sécurité routière de la berline Corvair ont porté atteinte à la réputation du Rampside.

Presque aucun exemplaire du Rampside n’est arrivé jusqu’en Europe, ce qui fait que le véhicule orange présenté ici soit d’une rareté absolue.

Ton opinion