Homicide par négligence: Le pilote du ballon captif «Hiflyer» devant la justice
Actualisé

Homicide par négligenceLe pilote du ballon captif «Hiflyer» devant la justice

Le pilote du ballon captif «Hiflyer», dont une touriste indienne avait été éjectée le 23 juillet 2004 à Lucerne, comparaît dès mardi devant le Tribunal pénal fédéral (TPF) à Bellinzone.

Agée de 49 ans, la victime avait pris place dans la nacelle avant qu'une forte rafale de vent ne projette le ballon contre un arbre et contre le toit d'un bâtiment du Musée des transports. Tombée d'une hauteur de dix mètres, cette femme de 49 ans était décédée.

D'autres passagers qui faisaient partie d'un même groupe de touristes indiens avaient été blessés. Depuis, l'installation, qui figurait parmi les principales attractions du Musée, est restée démontée. L'an dernier, l'assurance du Musée a versé au total 475 000 francs d'indemnités aux victimes et à leurs proches.

Météo défavorable

Selon l'acte d'accusation, le pilote est responsable de l'accident. Lui seul pouvait décider si le ballon restait cloué au sol ou s'il prenait son envol, en dépit de conditions météorologiques défavorables.

Le jour de l'accident, Météosuisse avait annoncé des orages et des avis de tempêtes. Une employée du Musée s'était opposée à l'envol du ballon mais le pilote, un Soleurois d'une cinquantaine d'années, avait préféré ne pas entendre son conseil.

Risques élevés

Il a pris le risque de faire voler le ballon et a même laissé entrer 24 passagers dans la nacelle, surchargeant ainsi l'engin, au mépris de ses devoirs élémentaires de prudence.

Le procès, qui se tiendra devant le Président de la Cour des affaires pénales du TPF, durera deux jours. L'audition de l'accusé sera suivie de celle de trois témoins dont un agent de la police criminelle de Lucerne. Le procureur fédéral Carlo Bulletti soutiendra l'accusation.

Le Bureau d'enquête sur les accidents d'aviation (BEAA) a lui déjà rendu son verdict. Il a conclu que l'accident est imputable à des erreurs humaines. Le «Hiflyer» aurait dû rester au sol à cause de la météo. De surcroît, la nacelle était surchargée, ont constaté ses experts. (ats)

Ton opinion