Le pionnier du komball prêche pour le jeu collectif
Actualisé

Le pionnier du komball prêche pour le jeu collectif

FOOTBALL FREESTYLE – Jongler en assurant le spectacle, tel est le credo des adeptes du komball. Rencontre avec l'un des pères de la discipline.

Issu du milieu du football, Amadou Gueye a évolué au niveau du championnat national, en France, l'équivalent de la 1re ligue suisse. Ce Franco-Sénégalais de 48 ans a contribué à populariser le komball auprès du grand public.

– En quoi consiste précisément le komball?

– Il s'agit de football freestyle. Le but du jeu n'est pas de marquer, mais d'enchaîner des mouvements, complètement différents. Et, surtout, dans un esprit de partage du ballon. Le plus intéressant, c'est la notion de collectif.

– Comment est née, chez vous, cette envie de le développer?

– Avant le foot, j'ai commencé par faire du basket. J'ai eu la chance, jeune, de voir les fameux Harlem Globetrotters. Et je me suis demandé pourquoi il n'existait pas un tel dérivé dans le foot. Le komball rentre un peu dans le cadre là.

– Quelles valeurs, à vos yeux, prône le komball?

– Cela fait très longtemps que je sais qu'il y a un vrai message à faire passer. J'ai un parcours d'éducateur dans le social, où mon approche avec les enfants s'effectue par le ballon. J'ai pu mesurer l'impact positif que la démarche a créé chez eux.

– Dans le DVD «Play With Style», plus de cent nouveaux jonglages sont présentés...

– Au komball, il y a des dribbles qui sont inventés presque tout les jours! (Rires.) L'intérêt du jeu, il est là aussi.

Catherine Muller

Ton opinion