Actualisé

SnapchatLe piratage de Sony révèle ses achats secrets

Les mails du patron de Sony Entertainment montrent que le service de partage d'images éphémères a racheté plusieurs sociétés en secret.

par
man

De nouveaux documents ont été révélés mardi par les hackers à l'origine du piratage massif des données de Sony Pictures, fin novembre. C'est cette fois-ci, la correspondance électronique de Michael Lynton, patron de Sony Entertainment, qui en a fait les frais. Le courrier électronique du dirigeant, également membre du conseil d'administration de Snapchat, a permis à la presse américaine de découvrir que la célèbre app de partage de photos et de vidéos éphémères cherche à diversifier ses activités.

La société a en effet acquis secrètement la société Vergence Labs pour 15 millions de dollars (dont 11 millions de dollars en cash), plus tôt cette année, rapporte Business Insider. Cette firme, qui n'a pourtant jamais mentionné avoir été rachetée, produit l'Epiphany Eyewear, un produit comparable aux Google Glass, les lunettes connectées du géant du web. Il permet d'enregistrer des vidéos en appuyant sur un bouton situé sur l'une des branches.

Les pirates ont aussi révélé que Snapchat a fait l'acquisition du service Scan.me pour 50 millions de dollars (dont 14 millions en cash). Cette start-up est spécialisée dans les solutions pour scanner les QR codes et la technologie de balises iBeacon, rapporte Techcrunch. Le site spécialisé révèle par ailleurs que Snapchat s'intéresserait aussi à la musique. Le service aurait notamment négocié avec la plateforme Vevo pour intégrer un lecteur de vidéos musicales dans l'application en août dernier. Un rapprochement a également eu lieu avec l'agence artistique William Morris Endeavor et la société Sony Music Entertainment.

Des détails montrent également la somme payée par Snapchat pour le rachat annoncé en mai dernier de la société de logiciel vidéo AddLive: 30 millions de dollars. Enfin, la publication des e-mails a aussi confirmé le refus par Snapchat de l'offre de rachat de 3 milliards de dollars faite par Facebook.

De nouvelles menaces

Les pirates informatiques qui ont frappé Sony Pictures ont adressé de nouvelles menaces mardi à ceux qui iront voir le film sur Kim Jong-Un «L'interview qui tue!», produit par le studio poids lourd d'Hollywood, évoquant même les attentats du 11-Septembre. Ces menaces, minimisées par les autorités américaines, interviennent alors que d'anciens salariés de Sony Pictures Entertainment (SPE) ont déposé des plaintes en nom collectif contre le studio de cinéma et de télévision qu'ils accusent notamment de ne pas avoir protégé leurs informations personnelles lors de l'attaque informatique survenue fin novembre.

Dans un nouveau communiqué, le groupe GOP («Les gardiens de la paix»), qui a revendiqué l'énorme piratage du 24 novembre, annonce le début d'un «cadeau de Noël», avec la mise en ligne de nouveaux extraits de mails personnels du directeur général de SPE, Michael Lynton. Les pirates informatiques menacent en particulier les cinéphiles désireux d'aller voir le film «L'interview qui tue!», une comédie sur un complot fictif de la CIA pour assassiner le dirigeant nord-coréen Kim Jong-un, produit par Sony.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!