Bosnie: Le «pire» camp de migrants en Europe fermé
Actualisé

BosnieLe «pire» camp de migrants en Europe fermé

Quelque 800 migrants qui vivaient dans un camp de fortune, sans eau ni électricité, sont déplacés à Sarajevo.

1 / 7
La communauté internationale avait dénoncé des conditions de vie déplorables dans ce camp de fortune qui abritait près de 800 personnes en Bosnie. (11 décembre 2019)

La communauté internationale avait dénoncé des conditions de vie déplorables dans ce camp de fortune qui abritait près de 800 personnes en Bosnie. (11 décembre 2019)

Keystone
Les migrants y vivaient sous la tente, sans eau ni électricité. (11 décembre 2019)

Les migrants y vivaient sous la tente, sans eau ni électricité. (11 décembre 2019)

Keystone
Les migrants y vivaient sous la tente, sans eau ni électricité. (11 décembre 2019)

Les migrants y vivaient sous la tente, sans eau ni électricité. (11 décembre 2019)

Keystone

Les autorités bosniennes ont fermé mercredi un camp de fortune près de la frontière avec la Croatie, transférant des centaines de migrants à Sarajevo, selon une source policière. La communauté internationale y avait dénoncé des conditions de vie déplorables.

Ce campement, ouvert en juin près de Bihac, dans le nord-ouest de la Bosnie, sur une ancienne décharge et près de terrains minés pendant la guerre des années 1990, avait été baptisé «la Jungle» car il était dépourvu des infrastructures les plus élémentaires.

Les migrants y vivaient sous la tente, sans eau ni électricité.

«Au total, 770 personnes ont été transférées vers Sarajevo à bord de quinze autocars», a déclaré à l'AFP Ale Siljdedic, porte-parole de la police du canton de Bihac. Les services municipaux et la Croix-Rouge vont démonter les tentes dans la journée et terrasser le terrain, selon la même source.

Le camp avait été particulièrement critiqué par Bruxelles qui finance le fonctionnement de plusieurs centres de migrants gérés en Bosnie par l'Organisation internationale pour les migrations (OIM).

«Honte»

La commissaire aux droits de l'homme du Conseil de l'Europe, Dunja Mijatovic avait parlé d'une «honte» pour la Bosnie en se rendant sur le site la semaine dernière, dénonçant le «pire» camp de migrants en Europe.

Sous la pression internationale, alors que les températures chutaient, les autorités ont décidé d'ouvrir un nouveau camp dans une ancienne caserne près de Sarajevo, mais loin de la frontière avec la Croatie, pays membre de l'Union européenne.

L'aménagement du lieu n'est pas terminé mais la moitié des migrants de Bihac y ont été conduits dans la nuit, selon une source de l'OIM. Lorsque les travaux seront terminés d'ici deux semaines, la caserne pourra accueillir des centaines de migrants supplémentaires.

Jeunes hommes

L'autre moitié des migrants de Bihac ont été transportés jusqu'au centre d'accueil de Hadzici, près de Sarajevo. Il s'agit en majorité de jeunes hommes, ressortissants de pays asiatiques, nord-africains et du Proche-Orient.

La région de Bihac est devenue un cul-de-sac pour ces migrants qui traversent depuis deux ans la Bosnie, petit pays enclavé des Balkans, pour essayer de rejoindre l'Europe occidentale.

Selon Ale Siljdedic, environ 3200 migrants se trouvent actuellement dans quatre camps gérés par l'OIM dans ce canton adossé à la frontière croate. Un millier d'autres vivent en dehors des camps, dans des logements privés ou des maisons et immeubles abandonnés. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion