Niger: «Le pire massacre commis dans la réserve contre des gazelles»
Actualisé

Niger«Le pire massacre commis dans la réserve contre des gazelles»

Des braconniers ont massacré une quarantaine de gazelles dorcas, une espèce en voie de disparition.

Altaipanther 

Une quarantaine de gazelles dorcas ont été massacrées par des braconniers dans la réserve naturelle de Termit et Tin Toumma, au Niger, ont annoncé mardi les services de l'Environnement nigériens. «C'est le pire massacre commis dans la réserve. Avant c'était à petite échelle, une gazelle par-ci, une par-là. Ils ont abattu une quarantaine de gazelles dorcas», a déclaré à l'AFP Mamane Hamidou, le directeur régional de l'Environnement de la région de Zinder (centre-sud du Niger) qui abrite une partie de la réserve, une des plus grandes d'Afrique.

Quatre hommes arrêtés

Quatre braconniers, tous des habitants de la zone de la réserve, ont été arrêtés et écroués, les équipes de forestiers ayant été alertées de leur présence par des membres des communautés locales impliquées dans la gestion de la réserve, a expliqué M. Hamidou. Ils risquent de deux mois à deux ans de prison et jusqu'à un million de francs CFA d'amende (environ 1’600 francs).

Les carcasses des bêtes ont été saisies lors d'une vaste opération. Les braconniers «ont boucané la viande des gazelles et de la façon dont ils l'ont préparée, elle était sûrement destinée à l'exportation», a-t-il observé.

Pour moins de mille francs

Lundi soir, la télévision publique nigérienne a montré des images du butin saisi, composé de 28 têtes de gazelle, de plusieurs carcasses, d'une importante quantité de viande, ainsi que d'une dizaine de peaux et quatre motos. «Je demande à la justice d'appliquer la loi dans toute sa vigueur, on ne doit pas faire de concessions pour ce genre d'actes», a déclaré à la télévision le gouverneur de Zinder, Issa Moussa.

La gazelle dorcas, à la robe fauve pâle et au ventre blanc et qui vit dans le Sahara, est traquée pour sa viande ou pour être vendue comme animal domestique d'ornementation pour les jardins de villas. A Niamey, une gazelle dorcas peut coûter jusqu'à 600’000 FCFA (un peu moins de 1000 francs).

(AFP)

Ton opinion