Actualisé 02.10.2008 à 21:09

Bourse

Le plan américain arrive-t-il trop tard?

Malgré le vote du Sénat américain, les Bourses mondiales chutaient toujours jeudi.

Le Sénat américain a adopté dans la nuit de mercredi à jeudi un plan de soutien historique au secteur bancaire, d'un montant de 700 milliards de dollars. Ce vote ouvre la voie à l'approbation du texte dès ce vendredi par la Chambre des représentants, qui l'a rejeté lundi à 13 voix près (228-205), faisant brutalement chuter le Dow Jones et les Bourses mondiales.

En fait, c'est un texte légèrement révisé qui a été présenté au Sénat. Celui-ci prévoit une augmentation de la garantie par l'Etat des dépôts des clients dans les banques. Le plafond garanti bondit de 100 000 à 250 000 dollars (de 111 000 à 279 000 fr.). Des crédits d'impôts à la classe moyenne et aux entreprises ont également été introduits.

Le prix Nobel d'économie, Joseph Stiglitz, a critiqué ce plan comme étant aussi inefficace que de «procéder à une transfusion sanguine à une personne souffrant d'une grave hémorragie interne» sans rien faire d'autre. Cela ne créera pas de nouvel équilibre financier, dont le pays a besoin pour éviter la récession. Les Bourses mondiales, elles, ont continué de chuter hier.

ats/gim

Plan de 300 milliards en Europe? Le flou

Le financement d’un fonds européen destiné à prévenir toute faillite bancaire a donné lieu à une certaine confusion hier. Berlin y est fortement opposé. Amsterdam aussi. Ce plan a été estimé à 300 milliards d’euros (474 milliards de francs) par une source gouvernementale européenne, chiffre immédiatement «démenti catégoriquement» par le Ministère français de l’économie et des finances.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!