26.06.2018 à 20:12

Bâle

Le plastique a tué ce cigogneau

Un oiseau est récemment décédé à cause de déchets jetés dans la nature. Publiées sur Facebook, les tristes images du volatile font actuellement beaucoup parler d'elles.

de
lb/ofu
1 / 6
Des protecteurs des animaux bâlois sont tombés fin juin 2018  sur deux cigogneaux, attachés l'un à l'autre par des déchets plastiques.

Des protecteurs des animaux bâlois sont tombés fin juin 2018 sur deux cigogneaux, attachés l'un à l'autre par des déchets plastiques.

Barbara Saladin
Un des volatiles a dû être euthanasié puisque sa patte ne pouvait plus être sauvée.

Un des volatiles a dû être euthanasié puisque sa patte ne pouvait plus être sauvée.

Barbara Saladin
Son frère a été sauvé in extremis.

Son frère a été sauvé in extremis.

Barbara Saladin

«Ne laissez aucun déchet dans la nature!» Bruno Gardelli, qui s'occupe de cigognes dans la région bâloise, tire la sonnette d'alarme. Le protecteur des animaux vient de publier sur Facebook des photos montrant deux cigogneaux emmêlés dans des ordures plastiques. Le post de l'Alémanique, qui remonte au 20 juin dernier, a d'ores et déjà été partagé plus de 3000 fois.

Les commentaires, eux, n'ont pas tardé à fuser: «Ça me rend triste de voir à quel point nous nous comportons mal avec notre nature», écrit ainsi un internaute. D'autres appellent à la responsabilité de tout un chacun pour jeter correctement les ordures. Pour finir, nombreux sont ceux qui mettent la faute sur l'industrie du plastique: «Il faut trouver des alternatives, notamment au niveau des emballages.»

Nid construit avec des ordures

Interrogé par «20 Minuten», Bruno Gardelli explique que les pattes des cigogneaux étaient tellement emmêlées dans les ficelles et autres déchets plastiques que les oiseaux se sont retrouvés littéralement attachés l'un à l'autre. Le protecteur des animaux pense que ces ordures avaient été utilisées par leur mère pour construire le nid.

«J'espère qu'il se remettra rapidement»

Un des oiseaux a dû être euthanasié puisqu'une de ses pattes ne pouvait plus être sauvée. «Avec une seule patte, il n'avait aucune chance de survivre», explique Gardelli. Quant à son frère, il a pu être sauvé in extremis. «J'espère qu'il se remettra rapidement.»

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!