Assemblée: Le PLR appelle à une «nouvelle culture politique»
Actualisé

AssembléeLe PLR appelle à une «nouvelle culture politique»

«Il ne faut pas se reposer sur ses lauriers mais continuer les réformes», a déclaré samedi à Zurich le président du PLR. La Suisse doit «être meilleure et plus rapide que ses concurrents».

Philipp Müller a affirmé samedi que son parti ne voulait pas d'un Etat de contrôle.

Philipp Müller a affirmé samedi que son parti ne voulait pas d'un Etat de contrôle.

En des temps difficiles, le président du PLR Philipp Müller a appelé à l'instauration d'une «nouvelle culture politique» en Suisse, samedi devant presque 300 délégués libéraux-radicaux réunis en assemblée à Zurich. Il a en même temps réaffirmé les principes de base de son parti.

En rapport avec l'UE, le libéral-radical a insisté sur le fait que la voie bilatérale était la «voie royale». Il a félicité son conseiller fédéral Didier Burkhalter pour sa position claire sur le sujet, déclarations qui ont suscité les applaudissements dans la salle.

Il s'en est pris aux partis et banquiers qui demandent l'échange automatique d'informations bancaires. L'enjeu est la protection de la sphère privée dont les données bancaires font partie, a-t-il expliqué. «Les banques ne décident pas de la politique en Suisse.

Pas pénaliser tout le monde

Sur le plan intérieur, Philipp Müller a affirmé que son parti ne voulait pas d'un Etat de contrôle. «Nous rejetons une marée législative qui pénalise tout le monde à cause des excès de quelques-uns», a-t-il dit, en citant comme exemple une interdiction de vente d'alcool dès 22 heures.

Il est aussi nécessaire que les cantons travaillent plus étroitement ensemble dans les domaines de la sécurité et de la migration. Mais la motivation doit venir de la base et pas de Berne.

Enfin, un des atouts de la Suisse est la taille modeste de ses villes qui possèdent pourtant d'excellentes structures de formations, de travail et de culture. «Il nous faut mieux relier ces perles de la Suisse», a-t-il lancé pour ouvrir le débat sur la position du parti sur les infrastructures.

Développer les infrastructures suisses

Les délégués du PLR veulent en outre une stratégie pour le développement des infrastructures suisses. Ils ont accepté samedi à l'unanimité et une abstention le papier de position proposé par la direction du parti.

La stratégie du PLR prévoit le développement des infrastructures ferroviaires principalement sur l'axe est-ouest, routières et des télécommunication. Elle propose notamment un RER suisse avec une cadence de train de 15 minutes entre Genève et St-Gall.

Les auteurs du papier ont insisté sur le fait qu'il ne s'agissait pour l'instant que d'une stratégie et donc qu'elle ne contenait pas de propositions régionales concrètes. Malgré tout, certains délégués ont regretté que leur région n'était pas prise en compte. (ats)

Ton opinion