Genève: Le PLR est au bord de la rupture
Actualisé

GenèveLe PLR est au bord de la rupture

De nombreux libéraux-radicaux pourraient démissionner si l'affaire Muller ne se résout pas rapidement.

par
Didier Tischler / Raphaël Leroy
Mark Muller a agressé un barman du MàD la nuit du réveillon.

Mark Muller a agressé un barman du MàD la nuit du réveillon.

La pression monte sur la direction du PLR genevois. Selon nos informations, jeudi soir, le député et vice-président du parti Pierre Conne a informé ses camarades qu'une centaine de membres et d'élus avaient récemment fait part, via SMS, courriels ou séances de travail, de leurs inquiétudes et de leur intention de démissionner si rien ne se passait dans l'affaire Muller.

Les députés divisés

Les députés seraient, eux, divisés en trois camps: ceux qui souhaitent une démission de leur magistrat, ceux qui voudraient que la présidence annonce que l'édile ne se représentera pas en 2013 et ceux qui prônent le statu quo.

Le même groupe de 31 députés devait rediscuter de cette problématique vendredi en marge du Grand Conseil. Mais sachant que la presse avait été informée des discussions «secrètes» de la veille, les élus ont préféré parler d'autres choses.

33 démissions

«Ce n'était pas une réunion de crise, mais une simple information interne», tempère Pierre Conne. «Depuis juin, nous avons eu 33 démissions, explique le président Alain-Dominique Mauris. Je ne veux pas encore perdre du monde et encore moins des députés. Voilà pourquoi il était important de leur donner la parole.» Le PLR compte environ 4000 membres à Genève.

Ton opinion