Succession de Couchepin: Le PLR n'a pas de plan B
Actualisé

Succession de CouchepinLe PLR n'a pas de plan B

Le PLR n'a pas prévu de stratégie pour réagir à une éventuelle perte de son second siège au Conseil fédéral, annonce son président Fulvio Pelli.

Si une majorité du Parlement rejette la concordance, «nous en prendrons acte», a déclaré le Tessinois lors d'une interview accordée à la «Neue Zürcher Zeitung».

Si le prochain conseiller fédéral n'est pas PLR, «nous ne surréagirons pas - mais les électeurs réagirons sûrement en 2011», estime le président du parti dans l'entretien publié mercredi. Le PLR n'a pas prévu de stratégie pour y faire face, «car nous ne voulons pas perdre le siège».

M. Pelli justifie son droit à conserver le fauteuil de Pascal Couchepin par «les règles formelles de la concordance» qui prescrivent que les trois plus grands partis ont droit à deux conseillers fédéraux et le quatrième à un siège. Selon sa force électorale, le PLR est le troisième parti de Suisse.

Le parti n'a pas arrêté son érosion en termes de suffrages, mais il est sur la bonne voie, assure son président. Répétant qu'il ne veut pas être candidat, M. Pelli refuse de dire s'il refuserait de toute façon une élection.

(ats)

Ton opinion