Genève: Le PLR propose d'élargir le pont du Mont-Blanc
Actualisé

GenèveLe PLR propose d'élargir le pont du Mont-Blanc

Le 28 septembre, les Genevois devront décider s'ils désirent ou non un nouveau pont sur la Rade. Le PLR n'en veut pas et propose d'élargir le pont du Mont-Blanc pour fluidifier le trafic.

Quelque 67'000 véhicules empruntent quotidiennement le pont du Mont-Blanc.

Quelque 67'000 véhicules empruntent quotidiennement le pont du Mont-Blanc.

Le PLR ne veut pas de la traversée sous la rade demandée par l'UDC et sur laquelle les Genevois voteront le 28 septembre. A la place, il veut rénover et élargir le pont du Mont-Blanc. Il déposera fin août une demande de crédit d'études auprès du Conseil municipal de la Ville de Genève.

«Le tracé contenu dans l'initiative de l'UDC 'Pour une traversée de la rade' est un bel autogoal», a déclaré mardi devant les médias le président du PLR Alain-Dominique Mauris. Irréaliste d'un point de vue pratique, ce tunnel l'est aussi financièrement. Selon le PLR, le canton dépensera 1,2 milliard sans résoudre les problèmes de trafic et sans disposer de moyens pour d'autres projets.

D'où l'idée de rénover et d'élargir le pont du Mont-Blanc pour permettre le passage du tram et ajouter une voie supplémentaire au trafic motorisé. Propriété de la Ville de Genève, ce pont vieux de 150 ans devra être rénové à moyen terme, a fait valoir Pierre Conne, candidat PLR à l'exécutif de la Ville en 2015, accompagné de Natacha Buffet et Adrien Genecand, eux aussi en lice pour cette élection.

Selon ce dernier, la passerelle cycliste, devisée à 20 millions mais qui coûtera le double, sera vraisemblablement refusée par le Conseil municipal. Elle a obtenu un financement fédéral à hauteur de 6 millions. Ces montants pourraient servir au projet de rénovation et d'agrandissement du pont, qui coûterait 100 à 200 millions. Il reviendra à la Ville de payer la facture, soutenue par le canton.

Complémentarité

Le PLR entend mieux faire cohabiter voitures, transports publics, cyclistes et piétons. Selon Ivan Slatkine, son vice-président, il s'agit de jouer sur la complémentarité des modes de transport, alors que la traversée de la rade n'est destinée qu'au trafic motorisé, et que l'initiative 144 «Pour la mobilité douce» n'a toujours pas été mise en oeuvre. Il espère le soutien du PS et des Verts.

Pour le PLR, l'option du pont du Mont-Blanc s'inscrit dans une vision globale de la mobilité à Genève: CEVA, élargissement de l'autoroute de contournement, agrandissement de la gare, piétonnisation du centre-ville, construction du parking de Rive. Elle constitue une alternative réaliste à court terme, avant la traversée du lac à long terme. (ats)

Ton opinion