Actualisé 27.04.2020 à 13:37

Suisse romande

Le PLR veut ouvrir les crèches à tous les enfants

Les PLR romands demandent aux autorités cantonales de rouvrir les crèches qui doivent répondre à leur «mission de service public essentiel de base».

Le PLR considère les crèches comme un «service public essentiel de base».

Le PLR considère les crèches comme un «service public essentiel de base».

Keystone

Les PLR romands demandent aux autorités cantonales de faire en sorte que les crèches puissent accueillir sans délai tous les enfants, tout en respectant les prescriptions sanitaires. Il en va notamment de la reprise des activités économiques.

Le Conseil fédéral n'a à aucun moment exigé la fermeture des crèches dans le cadre des mesures prises pour freiner la propagation du Covid-19, rappelle lundi le PLR dans un communiqué. Mais de nombreuses structures ont suspendu leurs activités ou ne prennent en charge que les enfants des soignants et du personnel de vente. Et ce de leur propre chef ou sur décision cantonale.

Il appartient donc aux autorités cantonales de veiller à ce que tous les parents qui ont une activité professionnelle puissent à nouveau compter sur cette prestation, estiment les sections cantonales romandes du PLR, ainsi que les parlementaires libéraux-radicaux romands. Les crèches doivent répondre à leur «mission de service public essentiel de base».

Reprise des activités

«La garde des enfants est un paramètre primordial pour permettre aux parents qui le peuvent de travailler et d'ainsi garantir une reprise progressive des activités économiques, tout en respectant les prescriptions de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP)», relèvent-ils.

Pour les parents qui peuvent effectuer du télétravail, il n'est pas gérable de s'occuper en même temps d'enfants en bas âge. Les fermetures ou accueils sélectifs des crèches ne tiennent en outre pas compte du fait que près de 75% de l'économie continue de fonctionner.

Cela signifie que toutes les personnes qui exercent une activité dans des secteurs considérés comme non-prioritaires sont confrontées à un problème complexe de garde d'enfants. Et ce d'autant plus que l'OFSP recommande de les tenir éloignés de leurs grands-parents, notent encore les PLR romands. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!