Cyclisme: Le plus fort n'est pas là!

Actualisé

CyclismeLe plus fort n'est pas là!

Froome, Quintana, Nibali et compagnie ont choisi la Romandie pour monter en puissance. Mais c'est bien Richie Porte le meilleur, en ce début de saison.

par
Robin Carrel
Fribourg
Richie Porte.

Richie Porte.

Barré encore une fois par son coéquipier Chris Froome dans l'optique de tenter de gagner le Tour de France, l'Australien révélé en 2010 sur les routes de la boucle romande (vainqueur surprise du contre-la-montre de Moudon) se venge en gagnant tout ce qui lui passe sous les roues depuis le début de l'année. Tour du Trentin, Tour de Catalogne, Paris-Nice... L'ogre en 2015, c'est lui!

Porte tentera sa chance sur le Giro cette année, lui qui n'a encore jamais brillé par sa régularité sur un épreuve de trois semaines. Alberto Contador, qui a choisi cette année de tenter un improbable doublé Giro-Tour - que personne n'a réussi depuis Pantani en 1998 -, ne s'y trompe d'ailleurs pas. Dans les colonnes de «L'Equipe» de jeudi, l'Espagnol assure que son principal adversaire en Italie sera le coureur de la Sky.

«Il sera certainement le plus gros client, a-t-il pronostiqué dans le quotidien français. Il est incroyable sur toutes les courses depuis janvier. Il fait vraiment grosse impression. Dès le début de l'année, j'ai vu qu'il était affûté comme jamais. Il arrivera dans ce Giro avec la forme de sa vie et sera particulièrement motivé.»

Après le Tour d'Italie, le Tasmanien devrait retrouver son habit de coéquipier idéal, capable de mettre sur orbite Chris Froome dans les cols des Alpes et des Pyrénées en juillet. A 30 ans, il est temps pour lui d'agrémenter son palmarès d'une épreuve parmi les plus prestigieuses du plateau. Sans quoi il risque d'être broyé par la machine Sky, qui ne supporte pas l'échec bien longtemps.

Outre Porte, Alejandro Valverde, sorti grand gagnant des Classiques Ardennaises à la suite de ses succès sans contestation possible sur la Flèche Wallonne et Liège-Bastogne-Liège, aurait sans doute pu contester la suprématie au sprint de Michael Albasini. Mais l'Espagnol a laissé un bien mauvais souvenir aux organisateurs romands. Il avait en effet gagné le TdR en 2010, avant d'être déclassé au profit de Simon Spilak pour son implication dans l'affaire Puerto.

Ton opinion