Cybersécurité: «Le plus grand risque pour le système bancaire»
Actualisé

Cybersécurité«Le plus grand risque pour le système bancaire»

Le président de Credit Suisse Urs Rohner a appelé mardi soir à une action concertée pour assurer l'efficacité de la cybersécurité.

Même si toutes les précautions sont prises, il existe un risque résiduel, a admis le président de Credit Suisse Urs Rohner.

Même si toutes les précautions sont prises, il existe un risque résiduel, a admis le président de Credit Suisse Urs Rohner.

Keystone/archive

Le président de Credit Suisse, Urs Rohner, a appelé à une action concertée entre acteurs publics et privés pour s'assurer que la place financière suisse soit bien armée en matière de cybersécurité.

«La cybersécurité constitue le plus grand risque pour le système financier et bancaire», a averti mardi soir M. Rohner, lors d'un débat organisé par l'Efficiency Club à Zurich. La protection de l'infrastructure de données des banques représente «un défi quotidien, qui demande une action concertée des acteurs publics et privés», a ajouté Urs Rohner, qui préside le conseil d'administration de Credit Suisse depuis 2011.

Risque résiduel

Si un cybercriminel est en mesure de pénétrer dans le coeur de l'infrastructure informatique et de bloquer le système bancaire pendant 48 heures, il risque de «provoquer un chaos», a explicité l'avocat de formation. «Il faut s'assurer avec des moyens importants que cela ne puisse pas se produire», a-t-il insisté.

Non seulement des criminels, mais également des acteurs étatiques ou semi-étatiques figurent au rang des cybercriminels tentant de pénétrer les réseaux informatiques des banques. «Il y a eu des tentatives répétées d'entrer dans les systèmes», a-t-il ajouté.

Cybersécurité: 7 conseils pour votre mot de passe

Les risques d'une attaque sur internet sont toujours plus graves et plus nombreux. Une bonne raison d'utiliser un mot de passe sûr. Keystone-ATS vous propose sept conseils pour avoir un mot de passe sécurisé.

Même si toutes les précautions sont prises, il existe un risque résiduel, a admis M. Rohner. «C'est pour cela qu'il faut une coopération entre tous les acteurs de la branche en Suisse, y compris avec les acteurs publics et les exploitants de l'infrastructure comme SIX afin de garantir qu'il n'existe pas de problème systémique». (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion