Rugby: Le plus gros carton du Mondial pour les All Blacks
Actualisé

RugbyLe plus gros carton du Mondial pour les All Blacks

La Nouvelle-Zélande a infligé un sec 63-0 au Canada, à l'occasion de son deuxième match de poule à la Coupe du monde, au Japon. La France a eu plus de peine face aux USA.

Neuf essais à zéro: les All Blacks n'ont fait aucun cadeau aux Canadiens.

Neuf essais à zéro: les All Blacks n'ont fait aucun cadeau aux Canadiens.

Keystone/AP/Aaron Favila

Onze jours après leur succès face aux Springboks, les All Blacks ont récité leurs gammes face au Canada, décrochant la plus large victoire depuis le début de la Coupe du monde (63-0) en dépit de conditions difficiles.

«Cela fut sacrément difficile avec cette humidité». D'une phrase, Kieran Read, le capitaine des All Blacks a pointé le principal adversaire d'un soir.

Sous le toit du Oita Stadium, la moiteur a rendu le ballon très glissant, et certains appuis incertains. Qu'importe! Les Néo-Zélandais ont surmonté ces conditions délicates pour inscrire neuf essais, et réciter leur rugby.

Un festival de passes, de courses variées, de jeu au pied opportun, autour du demi d'ouverture Richie Mo'unga, qui s'est évertué à faire les bons choix, à placer ses coéquipiers dans le bon intervalle. Sans jamais tomber dans la facilité.

Mieux, les All Blacks ont joué tous les coups à fond, laissant des miettes à leurs adversaires d'un soir, les privant même d'un essai de l'honneur tout fait en milieu de première période, puis en fin de match, sur des retours défensifs désespérés.

Impitoyables, féroces en conquête et appliqués en attaque, les All Blacks ont empilé neuf essais au total. Et autant de transformations.

Des essais pour les trois frères

C'était la première fois que trois frères, les Barrett, représentaient les All Blacks lors d'un même match de Coupe du monde. Chacun a fêté l'événement d'un essai: le «petit» Jordie, 22 ans, au bout d'une passe au pied de Mo'Unga; la «star» Beauden, 28 ans, après un service également au pied de Sonny Bill Williams; et Scott, 25 ans, le deuxième ligne au physique de déménageur (1,97m, 111kg) à la conclusion d'une action déclenchée par Mo'unga. Un essai de trois-quart...

Cette capacité de chaque joueur à dépasser son propre rôle constitue l'une des grandes forces de ces Néo-Zélandais en quête d'un troisième titre consécutif. Les avants jouent comme des trois-quarts et inversement. Grâce à des qualités physiques et techniques hors-normes, grâce surtout à une capacité d'adaptation aux situations les plus inattendues. L'un des grands dadas du sélectionneur Steve Hansen.

Prochains galops d'essai, dimanche face à la (très) modeste Namibie, puis le 12 octobre contre l'Italie. Après, place aux choses sérieuses; les quarts de finale!

Les Français se libèrent à la fin

Le XV de France, auteur de cinq essais, a décroché un succès bonifié mais laborieux sur les États-Unis 33 à 9, confortant ses chances d'accéder aux quarts de finale, mercredi à Fukuoka.

Onze jours après leur succès sur l'Argentine (23-21), les Français, qui ne menaient que de trois points (12-9) à l'entame des 20 dernières minutes, ont fait la différence en fin de match, où ils ont inscrit trois de leur cinq essais.

Après une entame de match convaincante, ponctuée par deux essais de Huget (6) et Raka (24), à la suite de jeux au pied très bien dosés de Camille Lopez, le XV de France est retombé dans certaines approximations.

Les Etats-Unis ont ainsi réussi à faire déjouer les Bleus, gênés par la pression adverse dans les mêlées ouvertes ainsi qu'en défense.

Et les Bleus, s'ils n'ont jamais été menés, ont vécu une deuxième période crispante jusqu'aux troisième et quatrième essais, libérateurs, inscrits coup sur coup par Gaël Fickou (67e, 19-9) et Baptiste Serin (70e). Face à des «Eagles» laminés par les Anglais en ouverture (45-7) mais qui ont manqué de souffle six jours plus tard.

Le XV de France a multiplié les imprécisions (18 ballons perdus!) et s'est de nouveau montré indiscipliné (10 pénalités mais 8 à la mi-temps), comme face à l'Argentine. Et comme face aux Pumas, il a souffert en conquête (une pénalité contre) jusqu'à l'entrée en jeu de sa première ligne titulaire et a été bougé sur les ballons portés, offensifs et défensifs. Heureusement, la fin est venue sauver les apparences. La catastrophe industrielle d'une défaite comme celle subie face aux Tonga lors du Mondial 2011 (19-14) a été évitée.

Pour son prochain match, le XV de France affrontera justement les Tonga, dès dimanche à Kumamoto, avant le dernier match de poule contre l'Angleterre, le 12 octobre à Yokohama. En cas de succès lors des deux derniers matches, les Bleus seront assurés de terminer en tête de la poule A. (afp)

Ton opinion