Etats-Unis: Le policier cannibale fait la cuisine en prison
Actualisé

Etats-UnisLe policier cannibale fait la cuisine en prison

Gilberto Valle, condamné l'an dernier pour avoir envisagé de kidnapper, tuer et manger une centaine de femmes, purge sa peine en préparant de bons petits plats à ses codétenus.

par
joc

Condamné en mars 2013 par un tribunal fédéral de New York, Gilberto Valle, 30 ans, attend toujours de connaître la durée de sa peine d'emprisonnement. L'ex-policier, qui n'est jamais passé à l'acte, rêvait de s'adonner à des actes cannibales. Il fréquentait également des sites internet particulièrement cruels. Un policier du FBI chargé de fouiller son ordinateur avait notamment découvert des centaines de pages téléchargées sur le web parlant de viol, de torture et de cannibalisme.

Aujourd'hui, Gilberto Valle ronge son frein au Metropolitan Correctional Center de Manhattan. Il gagne 44 cents par jour en accomplissant la tâche qui lui a été confiée: faire la cuisine. Une attribution qui a de quoi surprendre, lorsque l'on sait que l'ex-policier avait notamment recherché sur Google un «four à taille humaine», et qu'il avait planifié d'emmener sa petite amie au Pakistan en compagnie d'un autre individu pour la démembrer puis la «cuisiner». Son épouse de l'époque était également tombée sur une liste de 100 femmes que l'Américain avait prévu de kidnapper, tuer ou manger... voire les trois.

Un as de la pizza

La mère du prisonnier, qui jure que son fils n'est «pas le monstre que l'on croit» et qu'il est un «brave garçon», s'est confiée au «New York Daily News». Elle ne tarit pas d'éloges sur les talents culinaires de son rejeton: «Il fait tellement bien la pizza! Même les gardiens de la prison adorent en manger», raconte Elizabeth.

En attendant que le juge décide de la durée de sa peine, ou qu'il lui accorde un second procès, Gilberto Valle «tue le temps» dans les cuisines de la prison. Il s'entend relativement bien avec ses codétenus, que son activité de cuisinier amuse beaucoup. «Ne reste pas trop près du four», aiment-ils notamment lui lancer.

Ton opinion